Enjeux européens

parlement-ue

L’Union européenne a été le leader mondial de l’action en faveur du climat. Or depuis 2015 et l’accord de Paris, l’ambition climatique européenne stagne. D’une part, ses objectifs climatiques, fixés avant l’accord de Paris, sont très loin de ce que l’Europe peut et doit faire pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5°C. D’autre part, les mesures et politiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont insuffisantes. C’est le cas de la réforme du marché carbone européen (ETS) qui a échoué à mettre en œuvre le principe de pollueur-payeur et laisse la porte ouverte aux investissements dans les énergies fossiles en Europe.

Alors que l’Europe devrait enclencher des transformations profondes de son économie afin d’accélérer la transition écologique, créatrice d’emplois et protectrice du bien-être des Européens, elle est contrainte par les intérêts des États-membres, maintenant un statu quo dangereux pour le climat. Pourtant, les impacts du dérèglement climatique touchent d’ores et déjà l’Europe et pourraient s’élever à plus de 190 milliards d’euros par an si l’on ne fait rien.

Le manque d’action et d’investissement dans les solutions au dérèglement climatique menace les Européens d’un déclassement par rapport à d’autres pays, dont les puissances émergentes comme la Chine. L’Union Européenne et ses Etats membres doivent choisir : réformer en profondeur leurs politiques pour saisir les opportunités du monde de demain ou se condamner à subir la fin du monde d’hier.

0
L’Europe devra atteindre l’objectif de zéro émissions nette de gaz à effet de serre d’ici à 2050, pour être cohérente avec l’accord de Paris.
panneaux-solaires
Panneaux solaires

Toutes les solutions au dérèglement climatique existent. Elles doivent être mise en œuvre à l’échelle de l’Europe. C’est la condition pour redonner confiance en un projet européen qui protège les Européens et améliore leur bien-être, ainsi que rende à l’Europe son leadership climatique à l’international. Le Réseau Action Climat défend les politiques suivantes pour mettre l’Europe sur les rails de l’accord de Paris :

  • Accélérer la transition énergétique pour atteindre 100% d’énergies renouvelables en 2050 couplé avec des gains importants d’efficacité énergétique ;
  • Promouvoir les investissements dans les solutions au changement climatique en appliquant un prix du carbone significatif, en supprimant dès 2020 les subventions aux énergies fossiles, et en faisant du Budget européen un catalyseur pour la transition énergétique ;
  • Réorienter la politique agricole commune vers l’agroécologie afin de protéger les sols, les écosystèmes et la biodiversité, plutôt que de participer à leur dégradation ;
  • Investir dans les solutions de mobilité bas-carbone et sortir des véhicules essences et diesels dès que possible ;
  • Aider à la conversion des industries et du secteur énergétique tout en accompagnant les régions et travailleurs vers les métiers d’avenir ;
  • Faire de la protection de l’environnement une condition sine qua none des futurs accords internationaux de libre échange ;

Dans ce contexte, l’Allemagne et la France doivent agir ensemble comme un moteur de cette transition. En coordonnant leur transition énergétique, notamment à travers un deal gagnant-gagnant pour sortir du charbon et baisser la part du nucléaire, ces deux pays pourraient montrer la voie aux autres États-membres et impulser le développement massif des énergies renouvelables.

45
En Europe, au moins 45 % de l’énergie pourrait être fournie par les énergies renouvelables d’ici à 2030.