Bâtiment

precarite-energetique-2

Les bâtiments représentent 20 % des émissions de gaz à effet de serre – et même 25 % si l’on prend en compte les émissions associées (production d’électricité et de chaleur pour les bâtiments).

Mieux les isoler et réguler leur température permet de réduire fortement la consommation d’énergie et l’importance des factures associées. C’est également pour leurs occupants un gain de confort et de santé important, alors que la précarité énergétique, c’est-à-dire la difficulté voire l’incapacité à pouvoir chauffer correctement son logement à un coût acceptable, touche déjà près de 20 % des ménages en France.

Alors que les technologies et les compétences permettant une rénovation performante du parc bâti français sont d’ors et déjà disponibles, de nombreuses barrières à l’efficacité énergétique demeurent. Des actions correctives doivent être prises pour les écarter. Enfin, pour lutter efficacement contre le phénomène de précarité énergétique, la France doit augmenter et pérenniser ses budgets alloués au programme Habiter Mieux, pour lui donner les moyens d’atteindre 130 000 rénovations de logements occupés par des ménages modestes chaque année, conformément aux objectifs affichés dans la loi relative à la transition énergétique.

7 400 000
En France, il existe 7,4 millions de « passoires énergétiques » parmi les résidences principales du parc privé (c’est-à-dire des logements ayant une étiquette énergie F ou G).
pentax-image
Isolation thermique par l’extérieur

Les avantages économiques de la rénovation énergétique sont régulièrement mis en avant. En effet, c’est une source majeure de création de valeur économique et d’emplois qualifiés non délocalisables. Elle permettra également aux consommateurs, dont le rôle est central, de ne pas subir la hausse tendancielle du coût de l’énergie en France par la réduction de leurs besoins et par la maîtrise de leur consommation.

Pour enclencher un plan massif de rénovation, le cadre réglementaire encadrant ces travaux doit être révisé de manière à l’orienter vers des exigences ambitieuses de performance globale. Les aides financières à la rénovation énergétique devront également évoluer afin qu’elles soient plus simples, intégrées et compréhensibles, s’adressant à tous, même aux plus modestes.

1681
La facture énergétique des ménages pour le logement en 2015 était en moyenne de 1 681 euros.

Rénovons!

L’initiative « Rénovons ! » est une vaste alliance regroupant les forces vives de la société civile engagées en faveur de l’efficacité énergétique grâce à la rénovation énergétique des logements en France.

Découvrir l’initiative
Notre réseau en parle