Énergie

centrale_nucleaire-redim

Nos sociétés occidentales ont appuyé leur développement industriel et économique sur l’accès à des sources d’énergie abondantes et peu chères (charbon, gaz, pétrole…). Notre quotidien est nourri de cette énergie, que ce soit pour nous déplacer, nous chauffer, nous éclairer, communiquer ou encore consommer des produits bon marché. Mais ce modèle est à bout de souffle. Les ressources fossiles, qui ont mis des millénaires à se constituer, sont brûlées en quelques siècles, émettant des gaz à effet de serre que l’atmosphère ne peut absorber.

Par ailleurs, le pétrole ou le gaz ont des réserves limitées et ont déjà causé de nombreux conflits géopolitiques, mais aussi des scandales financiers internationaux. Le nucléaire a également montré ses limites, avec les risques d’accident qui augmentent avec le vieillissement des réacteurs, la question des déchets nucléaires qui reste sans solution et les coûts astronomiques de cette filière (y compris le démantèlement des réacteurs qui n’est pas pris en compte à sa juste valeur dans les comptes des exploitants).

Notre système basé sur une énergie abondante a pourtant laissé de côté une partie de la population. En France, plus de 11 millions de personnes sont en précarité énergétique et, pour certaines, en situation de privation de chauffage, aggravant leurs problèmes de santé.

80 %
Pour respecter les objectifs signés lors de la COP21, il faut laisser 80 % des ressources d’énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz) dans le sol.