En dehors des clous : Le respect du 2°C par des stratégies climat des entreprises

Le Réseau Action Climat publie une analyse des reporting carbone et des stratégies climat de 10 entreprises françaises afin de vérifier la cohérence de leurs actions avec l’objectif mondial fixé par l’Accord de Paris : rester en dessous d’une hausse de température de 2°C.

Les entreprises doivent s’engager d’avantage pour le climat

Pour que les engagements des Etats se réalisent, il est impératif que les entreprises, principales responsables des émissions de gaz à effet de serre, s’engagent. 71% des émissions globales de gaz à effet de serre émises dans l’atmosphère depuis 1988 sont dues à l’activité de seulement 100 entreprises[1], en majorité du secteur de l’énergie comme ExxonMobil, BP, Shell, Total etc. qui approvisionnent tous les autres pans de l’économie mondiale.
De plus en plus d’entreprises s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre : cependant, parmi les 1089 entreprises qui ont communiqué en 2016 leurs émissions auprès du CDP[2], seulement 1,4% ont mis en place un objectif cohérent avec une trajectoire de 2°C

Des lacunes au niveau du reporting carbone et des engagements climat

L’analyse du Réseau Action Climat porte sur 4 niveaux :

  • l’exhaustivité du reporting carbone;
  • les objectifs climat et le respect d’une trajectoire 2°C;
  • l’intégration des risques climat dans la stratégie de l’entreprise;
  • de manière transversale, la transparence, la clarté et l’exhaustivité des données présentées a été analysée.

Les résultats montrent qu’aucune des 10 entreprises n’obtient des résultats satisfaisants pour les 3 niveaux d’analyse et très peu ont dans l’absolu une bonne note dans une des trois catégories.
Une seule entreprise a obtenu une bonne évaluation dans la partie « objectifs climat ». ; une deuxième est « en transition ».

Résultat de l’évaluation des 10 entreprises

evaluation-rac

Les attentes du Réseau Action Climat vis-à-vis du gouvernement

Le gouvernement doit mettre en place des règles pour assurer la transparence et la qualité des objectifs climatiques des entreprises françaises (rôle, poids et limites de la compensation, utilisation des émissions évitées dans la comptabilisation, définition des objectifs en valeur absolue, mesures pour atteindre l’objectif, etc.) en ligne avec les engagements nationaux et le respect de l’Accord de Paris.

Le gouvernement doit publier des trajectoires d’émissions par branche d’activité en parallèle avec les objectifs programmés par périodes de 5 ans de la SNBC (Stratégie nationale bas carbone). Ces trajectoires devront servir de « boussole climat » aux entreprises et guider la définition de leurs objectifs climatiques au moins pour l’activité en France.

Pour l’activité hors France il faudrait obliger toutes les entreprises multinationales à entreprendre un « test 2°C » de leur stratégie climatique en prenant comme base les émissions significatives de l’entreprise (et pas uniquement les émissions directes). Ce test doit par ailleurs prendre en compte l’objectif « zéro émissions nettes » d’ici à 2050[3].

Afin de donner les bons signaux aux entreprises, les niches fiscales et autres subventions qui bénéficient aujourd’hui aux énergies fossiles doivent être supprimées au cours des cinq prochaines années. Ces niches profitent en grande partie aux entreprises.

Les attentes du réseau Action Climat vis-à-vis des entreprises

Sans plus attendre, la plupart des entreprises peuvent dès maintenant publier chaque année dans leur document de référence, les postes d’émissions significatifs pour l’exercice écoulé, en miroir avec les 5 années précédentes. Aujourd’hui les informations concernant les émissions de gaz à effet de serre de l’activité de l’entreprise sont souvent éparpillées dans différents documents et en général plus détaillées auprès du CDP que dans le rapport annuel.

Les entreprises devront présenter un objectif climat quantitatif à moyen et long terme (2030 et 2050) avec des points intermédiaires de 3 ou 5 ans. Chaque objectif en intensité devra être traduit en valeur absolue afin de pouvoir juger de l’évolution de l’impact climatique global de l’entreprise.

La stratégie climatique de l’entreprise devra détailler les moyens mis en œuvre pour réaliser ces objectifs en indiquant les réductions attendues par chacune des actions.

Dès le prochain exercice, chaque entreprise devra effectuer un « test 2°C » de ses objectifs climatiques en prenant en compte la trajectoire de neutralité carbone en 2050 pour avoir une vision claire de la réhausse nécessaire de ses objectifs.

Pour les énergéticiens, il s’agit dès maintenant d’accélérer le basculement rapide des énergies fossiles vers les énergies renouvelables en modifiant le poids des investissements et des politiques d’achat.

Les analyses des stratégies climat de 10 entreprises françaises

Note méthodologique

Auteurs et soutien

Date de publication : 11 décembre 2017

Ce travail a été effectué en partenariat avec B&L évolution, Fondation pour la Nature et l’Homme, Le Basic.

Pierre Beslay a travaillé avec Meike Fink au sein de l’équipe du Réseau Action Climat sur ce projet.

L’équipe du CDP nous a facilité l’accès à des données et l’initiative Science Based Target nous a fourni des conseils concernant le Sectoral Decarbonsation Approach.

Publication réalisée avec le soutien de l’Ademe et du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Les auteurs sont seuls responsables du contenu de cette publication, qui ne reflète pas nécessairement l’opinion des financeurs et des entreprises analysées. Les financeurs ne sont pas responsables de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Sources

+

[1] CDP, Climate accountability institute (2017) « The Carbon Majors Database » CDP Carbon Majors Report

[2] CDP (2016) « Climate change report 2016 »

[3] L’initiative internationale Assessing low Carbon Transition (ACT), développée conjointement par l’ADEME et le CDP, est inscrite au Global Climate Action Agenda et soutenue par le gouvernement Français. Elle permet le développement et l’application de méthodologies robustes pour évaluer la crédibilité des stratégies climatiques des entreprises, ainsi que la cohérence de leurs engagements. En 2016, l’initiative a déjà produit un cadre méthodologique général, décliné pour le moment en trois méthodologies sectorielles (pour la production d’électricité, la construction automobile et le commerce) testées en partenariat avec 20 entreprises internationale. Son expérimentation  française en 2017 auprès des PME/ETI a notamment permis d’utiliser des scénarios sectoriels nationaux qui combinent le cadre général fixé par la SNBC avec des exercices prospectifs ADEME et d’explorer la faisabilité de 3 nouveaux secteurs (agroalimentaire, transport et bâtiment). http://actproject.net/

Commander nos publications

Vous pouvez librement télécharger et imprimer ces documents par vos propres moyens (n'imprimez que si nécessaire). Si vous souhaitez une information pour commander des documents que nous avons imprimés (montant du remboursement des frais de port…), merci d’envoyer un mail à contact@reseauactionclimat.org

Passer commande
Plus de publications