États généraux de l’alimentation : nos propositions

50 organisations environnementales, de santé, de solidarité et de développement agricole publient leurs propositions pour une transition agricole et alimentaire soutenable. L'enjeu pour le Réseau Action Climat est que ces Etats généraux de l'Alimentation nous engagent également dans la lutte contre les changements climatiques.

Une alimentation équilibrée et bonne pour le climat
Une alimentation équilibrée et bonne pour le climat

Les Etats généraux ont débuté le 29 août 2017. A cette occasion, les acteurs de la société civile se sont rassemblés au sein d’une plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire et porter ensemble leur propositions communes (texte des propositions consultables plus bas).

Pour le Réseau Action Climat et ses associations membres, impliquées depuis le début dans cette plateforme, il est plus qu’urgent d’intégrer sérieusement les sujets de l’agriculture et de l’alimentation dans la lutte contre les changements climatiques. De plus, l’enjeu climat peut aussi être un levier positif pour faire évoluer notre modèle agricole et alimentaire dominant vers un système plus soutenable et juste. Pour cela une condition est le nécessaire questionnement de nos habitudes alimentaires et des politiques qui y sont liées.

Les propositions du Réseau Action Climat

En ce sens, dans le cadre de ces États généraux de l’alimentation, le Réseau Action Climat met en particulier en avant les positions suivantes :

  • adoption d’une stratégie nationale pour l’alimentation et l’agriculture (SNAA) à horizon 2050 compatible avec la stratégie nationale bas carbone (SNBC) et fortiori la SNBC 2 en cours d’élaboration. Intégrer cette SNAA dans la réflexion prospective sur la neutralité carbone de la France pour 2050
  • adoption d’un Plan national nutrition santé (PNNS) ambitieux, encourageant la diminution de la consommation de viande, l’augmentation de la consommation de légumes secs et la consommation de produits bio
  • interdiction de la publicité alimentaire pendant les heures d’écoute des enfants
  • adoption d’un programme ambitieux de diminution de l’utilisation de la fertilisation azotée de synthèse sur tout le territoire français, comprenant un objectif de diminution des engrais azoté de synthèse, la promotion et le soutien aux alternatives à la fertilisation de synthèse (fertilisation organique, approche systémique, intégration des légumineuses dans les rotations, etc.)
  • généralisation de la gestion séparée des bio déchets en 2025
  • adoption d’une position forte de la France dans le cadre de la future réforme de la PAC, dont un renforcement des critères d’éco-conditionnalité et du paiement vert, le renforcement du second pilier, et l’intégration de l’alimentation dans la PAC

Retrouver l’analyse et l’ensemble des propositions climat pour le secteur agricole et alimentaire du Réseau Action Climat dans notre publication « Alimentation, agriculture et climat : état des lieux des politiques publiques et leviers d’action ».

Priorités de la Plateforme citoyenne
Plus d'actualités