Présidentielle : Que vaut Yannick Jadot pour le climat ?

Dans le cadre de l'élection présidentielle, le Réseau Action Climat note l'ambition des mesures proposées par chaque candidat pour le climat. Transports, Agriculture, Logements, Energie, International, Industrie, Finances Publiques : que vaut le programme de Yannick Jadot pour le climat ?

decryptage_rs_2022_03_16_7

🟢 Donner accès à tous à une mobilité moins polluante

Le programme de Yannick Jadot sur les transports est résolument ambitieux et s’attaque à l’ensemble des leviers pertinents. 

Les propositions de Yannick Jadot sur les transports

Pour réaliser la transition du secteur des transports, Yannick Jadot vise une réduction du parc automobile et une électrification du parc restant. Pour y parvenir, Yannick Jadot souhaite interdire la vente de véhicules neufs diesel, essence et hybride dès 2030. Il prévoit en parallèle d’investir 4 milliards d’euros supplémentaires par an dans le transport ferroviaire pour moderniser et rénover les infrastructures, ouvrir de nouvelles lignes d’équilibre du territoire, 15 nouvelles lignes de nuit et doubler la part du fret ferroviaire durant le quinquennat. Yannick Jadot propose aussi d’augmenter significativement les investissements dans les mobilités douces, en abondant le Fonds vélo à hauteur de 500 millions d’euros par an. Cette transition de la mobilité s’accompagne d’une remise en cause du développement du trafic aérien, qui reprend les propositions de la convention citoyenne pour le climat sur l’interdiction des lignes intérieures lorsqu’il existe une alternative en train en moins de 4 heures et l’interdiction de toute création ou extension d’aéroports. A noter également la dimension européenne de son programme, avec la mention d’une taxe kérosène et d’une interdiction des lignes aériennes européennes pour lesquelles il existe une alternative en train en moins de 6 heures. Yannick Jadot formule aussi plusieurs propositions pour faciliter l’accès aux transports les moins polluants : rendre obligatoire le forfait mobilités durables et augmenter son plafond à 1000€ par an, prêt d’un vélo à tous les jeunes de 16 à 25 ans qui le souhaitent. A noter enfin, la proposition de créer un “score de dépendance automobile” pour chaque bien immobilier loué ou cédé. 

Notre avis

Le programme de Yannick Jadot est en cohérence avec les priorités dégagées par le Réseau Action Climat en matière de transports. Le candidat prévoit d’agir à la fois sur le volet de la sobriété, avec une réduction du parc automobile et une diminution du trafic aérien, et sur le développement d’offres de transport alternatives moins polluantes. Yannick Jadot détaille ainsi plusieurs propositions en faveur du développement du transport ferroviaire et du vélo et propose une évaluation budgétaire des investissements nécessaires. L’enjeu de l’accessibilité des transports est aussi traité avec plusieurs propositions concernant l’obligation de mise en œuvre du forfait mobilités durables et son augmentation à 1000€ par an ou encore le prêt d’un vélo pour tous les jeunes de 16-25 ans. 

🟢 Engager la relocalisation et la décarbonation de l’industrie

Le programme de Yannick Jadot présente une série de mesures ambitieuses pour le financement et la responsabilisation des entreprises dans la décarbonation des différents secteurs industriels.

Les propositions de Yannick Jadot sur l’industrie

Le programme de Yannick Jadot inscrit son action pour une industrie au service de la transition climatique dans un cadre européen, qui passe par le développement de filières industrielles décarbonées au niveau européen et l’établissement d’un prix juste du carbone (fin des quotas gratuits et taxe carbone).
Il propose de financer la transition des filières industrielles d’avenir par un plan d’investissement public de 25 milliards d’euros par an (recherche et développement d’infrastructures de transition). Ces financements seront toutefois conditionnés à un bonus-malus climatique. Yannick Jadot est favorable à l’introduction d’une conditionnalité stricte des aides publiques aux entreprises selon des critères sociaux et environnementaux. Il propose également un droit à la reconversion pour les métiers en transition sous forme d’un contrat de sécurisation des transitions professionnelles. 

Notre avis

Le programme de Yannick Jadot est cohérent et intègre la plupart de nos propositions avec une révision du marché carbone ambitieuse, un plan de financement pour les sites industriels et l’éco-conditionnalité des aides, ainsi que le développement de l’économie circulaire, central dans la réduction de la consommation de matière première et l’évolution des usages. Concernant l’emploi, la question des transitions professionnelles pour amener les travailleurs des secteurs les plus polluants vers d’autres métiers est très bien traitée, à travers la proposition d’un contrat de sécurisation des transitions professionnelles

Toutefois, une approche spécifique des technologies et moyens de décarboner effectivement les grands sites industriels de la chimie, du ciment et de l’acier est absente du programme.

🟢 Transformer l’agriculture pour une alimentation de qualité pour tous et un revenu décent pour les agriculteurs

Le candidat écologiste propose un programme complet et précis dont la vocation est de rémunérer dignement les agriculteurs, d’accélérer la transition agroécologique et de promouvoir une alimentation plus saine et plus durable.

Les propositions de Yannick Jadot sur l’agriculture

Yannick Jadot s’engage à rendre la restauration collective publique moins carnée et 100% bio et locale, et à étendre ces exigences à la restauration collective privée. Il prévoit des moyens concrets pour atteindre cet objectif (prime à l’investissement pour les collectivités et formation des personnels) mais ne propose pas de tarification sociale dans les cantines scolaires. Son programme propose clairement la sortie de l’élevage industriel avec des mesures précises (fin de l’élevage en cage pour 2025, interdiction des nouvelles méga-installations et des exportations d’animaux vivants hors UE). En complémentarité, des mesures de soutien aux élevages durables sont proposées (abattoirs mobiles, le développement des viandes locales et bio). Le candidat instaure un objectif de zéro artificialisation des terres agricoles, fixe un objectif de sortie des pesticides au niveau européen d’ici 2030 et s’engage à diviser par 2 l’usage des engrais azotés de synthèse d’ici 2027 (dont il propose de taxer la production). Ces engagements en faveur de la transition agroécologique sont associées à des mesures visant à favoriser les installations d’agriculteurs et les transmissions d’exploitations, ainsi qu’à garantir un “revenu paysan digne”. Enfin, Yannick Jadot propose d’intégrer des clauses sociales et environnementales contraignantes dans les règles commerciales et de réformer la politique agricole commune pour le climat, en exigeant notamment le remboursement des aides en cas d’exportation de la production.

Notre avis

Les propositions du candidat correspondent aux priorités du Réseau Action Climat et sont déclinées en mesures ambitieuses et souvent chiffrées. Les propositions sur la restauration collective publique vont au-delà sur le bio et local, et l’extension progressive à la restauration collective privée est à saluer. Si les menus végétariens ne sont pas abordés, le programme fixe néanmoins l’objectif de rendre l’alimentation moins carnée. La transition vers l’élevage durable est bien abordée, avec des mesures précises et concrètes pour la sortie des élevages industriels. Des mesures un peu plus précises auraient pu être développées pour le soutien aux élevages durables. Le programme est suffisamment précis sur la protection des sols et la révision des règles commerciales appliquées aux denrées agricoles et alimentaires, et particulièrement ambitieux sur la sortie des engrais azotés de synthèse. Yannick Jadot est également le seul candidat à proposer le remboursement des aides de la PAC en cas d’exportation de la production, une mesure saluée par le Réseau Action Climat étant donné les graves impacts socioéconomiques et environnementaux que peuvent avoir ces exportations.

🟢 Accélérer la rénovation performante des logements

L’enjeu de la rénovation énergétique des logements est traité de manière complète, en prenant en compte l’accompagnement spécifique des ménages et la formation des professionnels.

Les propositions de Yannick Jadot sur la rénovation des bâtiments

Yannick Jadot propose de créer un vaste service public décentralisé chargé de mettre en œuvre un plan massif de rénovation des logements et bâtiments de 10 milliards d’euros par an pour atteindre une réduction de 50 % de la consommation d’énergie. Les 5 millions de passoires thermiques seront rénovées complètement en 10 ans sans reste à charge pour les ménages les plus modestes. 

Yannick Jadot souhaite augmenter le chèque énergie pour atteindre 400 €. Il pourra être utilisé pour payer toutes les dépenses énergétiques, et notamment les dépenses de carburant dans le contexte de hausse du prix des matières premières. Il propose une tarification sociale de l’énergie permettant aux plus modestes d’avoir accès aux premiers kWh gratuitement. Formation : Dans le volet économie au service de la transition, de nombreuses références existent quant à l’accompagnement des métiers impactés par la transition écologique. Au niveau européen, Yannick Jadot porte l’idée d’investissements directs de l’Union vers la rénovation énergétique des logements des plus modestes.

Notre avis

Yannick Jadot ne fait pas d’impasse sur les différents aspects nécessaires pour mettre à hauteur des enjeux la question de la rénovation énergétique des logements et son accessibilité à travers un soutien financier et humain maximum pour les ménages modestes. Le programme est complet, même si les mesures auraient pu être plus détaillées et ambitieuses sur les besoins en formation pour les métiers du bâtiment ainsi que sur les mesures d’aide au paiement des factures pour les personnes en situation de précarité énergétique. Il est clair sur l’alignement nécessaire des objectifs européens et nationaux, ainsi que sur le couplage de moyens pour y parvenir.

🟢 S’orienter vers le 100 % énergies renouvelables

Yannick Jadot propose un cap clair vers le 100 % énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone, impliquant les citoyens et en proposant une feuille de route claire sur le prochain quinquennat.

Les propositions de Yannick Jadot pour la transition énergétique

Le candidat propose une vision d’un futur énergétique basé sur le 100 % énergies renouvelables d’ici à 2050, avec une implication forte des citoyen.ne.s, des collectivités et acteurs locaux, ainsi qu’une politique de sobriété. La feuille de route pour le prochain quinquennat est claire sur les différentes filières. Il est aussi fait mention de soutiens aux projets énergétiques citoyens et aux communautés d’énergie citoyenne et renouvelable. La sortie du nucléaire se fait avec la fermeture progressive des centrales actuelles et sans l’ouverture de l’EPR de Flamanville.

Notre avis

Le programme du candidat suit les recommandations du Réseau Action Climat en ce qui concerne la transition énergétique : une sortie des énergies fossiles et du nucléaire, un cap clair vers le 100 % énergies renouvelables d’ici à 2050, avec des échéances aussi à 2027, et une politique de sobriété nécessaire et complémentaire. La valorisation des territoires, l’intégration des acteurs locaux et le soutien aux énergies citoyennes sont aussi des points clés du programme, en accord avec la vision du Réseau Action Climat. La défense d’un objectif de 50 % d’énergies renouvelables au niveau européen pour 2030 est aussi en accord avec nos propositions.

🟠 Adopter une politique climatique internationale à la hauteur des enjeux

Yannick Jadot porte des propositions intéressantes sur l’augmentation du soutien financier aux pays du Sud et la lutte contre la déforestation importée mais reste vague concernant l’arrêt du financement des énergies fossiles à l’étranger.

Les propositions de Yannick Jadot sur l’international

Sur la diplomatie climatique, Yannick Jadot souhaite créer une coalition d’Etats signataires de l’Accord de Paris prêts à prendre des engagements climatiques contraignants et transposables dans leur droit interne. Sur la solidarité internationale, le candidat propose d’augmenter l’aide au développement pour qu’elle atteigne 0,7 % du revenu national brut, de privilégier les dons aux prêts et de faire du climat “le pivot d’une solidarité internationale renouvelée”. L’annulation de la dette COVID des Etats pauvres les plus endettés est également proposée. Avec Yannick Jadot, la France proposera à ses partenaires l’adoption d’un Traité de non-prolifération des énergies fossiles (TNP-EF) pour accélérer la sortie de l’exploitation des énergies carbonées. Il propose également de renforcer le projet de la commission européenne concernant la déforestation importée en prenant en compte la dégradation d’autres écosystèmes naturels comme la mangrove ou la savane

Notre avis

La politique proposée sur la refonte de la solidarité internationale pour privilégier les dons aux prêts, l’augmentation de l’aide publique au développement et l’annulation de la dette des pays pauvres les plus endettés est alignée avec nos propositions. Il fait également des propositions allant dans le bon sens concernant la lutte contre la déforestation importée. Mais Yannick Jadot ne s’engage pas sur un financement spécifique pour les pertes et dommages, et, s’il propose l’adoption d’un Traité de non-prolifération des énergies fossiles et une règle d’or climatique aux dépenses publiques, son programme n’intègre rien de précis concernant la fin du financement aux énergies fossiles à l’international. 

🟢 Verdir le budget de l’Etat

Le verdissement du budget de l’Etat est traité de manière globale par Yannick Jadot qui propose une fiscalité environnementale s’inscrivant dans le cadre des propositions du Réseau Action Climat.

Les propositions de Yannick Jadot sur les finances publiques

Le candidat a plusieurs propositions en ce qui concerne la fiscalité verte. Il propose en premier lieu de supprimer les dépenses défavorables au climat et à l’environnement (nb : il les comptabilise à “au moins 18 milliards” quand nous les comptabilisons à “au moins 25 milliards” par an.) En second lieu, pour verdir le budget de l’Etat, il souhaite baisser la TVA sur les produits et services écologiques, soit faire passer la TVA à 5,5 % pour les transports collectifs et les services de réparation, 0 % pour l’alimentation biologique, et l’augmenter à 20 % pour les transports polluants. Sur les collectivités territoriales, le programme propose de soutenir financièrement les collectivités afin qu’elles puissent gagner en pouvoir d’agir localement avec un focus spécifique pour soutenir « financièrement les territoires ultramarins dans la dépollution et dans la mise en place des plans d’alimentation durable », mais aussi pour lutter contre la précarité énergétique. Il ajoute par ailleurs de garantir l’augmentation du budget de la politique de la ville » mais ne fait pas mention des enjeux humains / d’ingénierie spécifiquement. Et enfin, le candidat s’engage à instaurer un ISF climatique.

Notre avis

Les propositions de Yannick Jadot s’inscrivent dans le cadre des propositions du Réseau Action Climat pour un verdissement du budget de l’Etat au travers de 4 axes : supprimer les dépenses défavorables au climat et à l’environnement, augmenter sous condition le prix du carbone, augmenter les dépenses favorables à l’environnement et au climat, et augmenter durablement le financement des collectivités territoriales pour la transition écologique. Néanmoins, cette proposition devrait être précisée et renforcée pour tenir compte du manque de moyens humains dans les collectivités territoriales pour la transition. Yannick Jadot souhaite également verdir le budget européen et réformer les règles budgétaires pour pouvoir pleinement financer la transition écologique européenne.

Méthodologie du décryptage des programmes
Plus d'actualités