Présidentielle : Que vaut Marine Le Pen pour le climat ?

Dans le cadre de l'élection présidentielle, le Réseau Action Climat note l'ambition des mesures proposées par chaque candidat pour le climat. Transports, Agriculture, Logements, Energie, International, Industrie, Finances Publiques : que vaut le programme de Marine Le Pen pour le climat ?

decryptage_rs_2022_03_16_3

Le Réseau Action Climat rappelle que la solidarité internationale doit être le fondement de toute politique efficace de lutte contre le changement climatique. A ce titre, Marine Le Pen, en faisant de la préférence nationale l’une des pierres angulaires de son programme, défend un positionnement incompatible avec les valeurs défendues par le Réseau Action Climat.

🔴 Donner accès à tous à une mobilité moins polluante

Marine Le Pen passe à côté du sujet de la réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports.

Les propositions de Marine Le Pen sur les transports

Marine Le Pen propose uniquement de renationaliser les autoroutes pour baisser de 15 % les péages. Elle souhaite par ailleurs réduire la TVA à 5,5 % sur les carburants et instituer la gratuité des transports aux heures creuses pour les 18-25 ans. Marine Le Pen propose de mettre fin aux zones à 30km/h dans les villes et de restaurer la limitation de vitesse à 90 km/h sur les routes nationales. 

Notre avis

Le programme de Marine Le Pen est incompatible avec les objectifs nationaux  de baisse des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports. Il ne reprend aucune des recommandations structurantes portées par le Réseau Action Climat en matière de transports. Marine Le Pen aborde à la marge l’enjeu de l’accessibilité des transports en se contentant de proposer la gratuité des  transports aux heures creuses pour les 18-25 ans. Elle propose aussi de réduire à 5,5% la TVA sur les carburants ce qui ne permet pas de répondre au problème structurel de dépendance de notre mobilité au pétrole et à la fluctuation de son prix. Enfin, Marine Le Pen souhaite revenir sur des limitations de vitesse qui ont pourtant un impact positif sur la réduction de la consommation de carburant. Le développement des zones à 30 km/h dans les villes ayant aussi un effet positif sur l’apaisement de la circulation, incitant ainsi à l’utilisation d’autres modes de transport tels que le vélo.

Le secteur des transports est le premier secteur émetteur en France. Ne pas accélérer sa transition aujourd’hui c’est condamner la France à une transition brutale dans les années qui viennent, avec des conséquences économiques, sociales et environnementales accrues. 

🔴 Engager la relocalisation et la décarbonation de l’industrie

Le programme de Marine Le Pen ne contient aucune mesure visant à engager la décarbonation de l’industrie ; si la notion de relocalisation à travers le patriotisme économique est intégrée, celle-ci n’est jamais reliée aux enjeux environnementaux.

Les propositions de Marine Le Pen sur l’industrie

Marine Le Pen propose la mise en place d’un patriotisme économique pour réindustrialiser et produire les richesses en France. Cette politique passe principalement par des mesures protectionnistes et une fiscalité avantageuse pour les TPE-PME implantées sur le territoire. Marine Le Pen propose de mettre en place l’économie circulaire par une étiquetage de la réparabilité et la durée de vie des produits, ainsi que par une fiscalité réduite pour les ventes d’objet de seconde main et les services de réparation.

Notre avis

La transition environnementale de l’industrie lourde est inexistante du programme de Marine Le Pen, dans lequel ni les secteurs clés – que sont la métallurgie, la chimie et le ciment – ni la réduction de leurs émissions ne sont abordés. La seule mesure de la relocalisation ne peut avoir qu’un impact minime sur le changement climatique. La question de l’anticipation des transitions professionnelles nécessaires dans le cadre d’une transformation de notre appareil productif n’est pas non plus abordée.

🔴 Transformer l’agriculture pour une alimentation de qualité pour tous et un revenu décent pour les agriculteurs

Marine Le Pen concentre ses propositions sur l’amélioration de la rémunération et de la compétitivité des agriculteurs, par des mesures protectionnistes et un assouplissement des normes sanitaires et environnementales, tandis que rien n’est proposé pour accélérer la transition agroécologique et fournir une alimentation saine et durable aux Français.

Les propositions de Marine Le Pen sur l’agriculture

L’essentiel du programme de Marine Le Pen pour l’agriculture est décliné autour de l’objectif d’améliorer la rémunération et la compétitivité des agriculteurs. La candidate propose pour ce faire de mettre un terme aux marges abusives de la grande distribution, de préserver les terres agricoles pour favoriser l’installation des agriculteurs et d’octroyer des aides financières supplémentaires à ces derniers. Marine Le Pen propose aussi d’amoindrir les réglementations sanitaires et environnementales européennes et nationales afin d’améliorer la compétitivité des agriculteurs français. D’autres engagements visent à protéger l’agriculture française des produits importés : interdiction des importations de denrées agricoles ne respectant pas les normes de production française, exclusion de l’agriculture des traités multilatéraux de libre-échange, obligation pour les cantines d’utiliser 80 % de produits agricoles français, et généralisation de l’étiquetage sur l’origine des produits alimentaires. Marine Le Pen propose par ailleurs un plan de soutien pour l’agriculture biologique et une aide spécifique au maintien de la biodiversité et des paysages ruraux (haies, bois, bocages). En ce qui concerne l’élevage, son programme évoque un plan abattoirs pour assurer des conditions dignes et interdire l’abattage sans étourdissement et un contrôle des élevages industriels en fonction de leur qualité sanitaire.

Notre avis

Si Marine Le Pen a le mérite de consacrer un livret à ses propositions en matière d’agriculture, le Réseau Action Climat déplore la focalisation de la candidate sur les enjeux de compétitivité et de préférence nationale, au détriment et souvent en contradiction avec les enjeux cruciaux pour la durabilité du secteur agricole français. Si les mesures visant à améliorer la rémunération et l’installation des agriculteurs vont dans le bon sens, l’engagement de la candidate à lutter contre la stratégie européenne “De la ferme à la fourchette”, pourtant indispensable à la transition agroécologique, est catastrophique. Si le plan de soutien à l’agriculture biologique et l’aide spécifique au maintien de la biodiversité vont dans le bon sens, son ambivalence sur la limitation de l’usage des produits phytosanitaires et sa proposition en faveur du stockage de l’eau dans les zones aux ressources limitées vont à contre-sens de la nécessité de transformer le modèle agricole conventionnel pour le rendre plus durable et résilient. En outre, la transition de l’élevage et la diminution de la consommation de viande sont absentes du programme de la candidate, et aucune mesure visant à protéger les pays tiers des déstabilisations suscitées par les exportations massives de produits français n’est évoquée. Enfin, la préférence nationale dans la restauration collective ne répond à aucun enjeu lié à l’accès de toutes et tous à une alimentation durable et de qualité : elle vise à proposer plus de produits français, sans objectif de servir des produits biologiques ou une alimentation moins carnée aux convives.

🔴 Accélérer la rénovation performante des logements

Marine Le Pen aborde l’enjeu de la rénovation des bâtiments sans apporter de précision sur les objectifs chiffrés et les moyens mis en œuvre. 

Les propositions de Marine Le Pen sur la rénovation des bâtiments

Marine Le Pen propose de lancer un plan de réhabilitation de l’habitat ancien grâce à des aides efficaces, sans les préciser.

Notre avis

Marine le Pen reste très évasive sur les enjeux de la rénovation énergétique des bâtiments, de logements en particuliers, et de l’impact de cette rénovation sur l’amélioration des conditions de vie des habitants, leur niveau de vie ainsi que sur la baisse des émissions de GES qui y est liée. Marine Le Pen n’aborde pas les questions de l’accompagnement à la rénovation, ni de la formation des artisans. 

🔴 S’orienter vers le 100 % énergies renouvelables

En se basant uniquement sur l’industrie nucléaire et en proposant de démanteler les installations éoliennes, Marine Le Pen a un programme en opposition avec l’atteinte de la neutralité carbone en 2050 et ne se saisit pas de l’enjeu de la transition énergétique.

Les propositions de Marine le Pen sur la transition énergétique

Le programme de Marine Le Pen s’oppose foncièrement à l’énergie éolienne et solaire, allant jusqu’à proposer un moratoire pour ces projets et de “démanteler progressivement les parcs éoliens existants”. Elle propose aussi de relancer la filière nucléaire, hydroélectrique et d’investir dans la filière hydrogène.

Notre avis

Aucune des mesures ne permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables, si ce n’est une mention de l’hydroélectricité et de l’hydrogène (sans autre précisions), sont absentes de son programme. La candidate propose de démanteler les installations éoliennes alors que la récente étude de RTE montre qu’il est impossible d’atteindre la neutralité carbone en 2050 sans un développement très fort des énergies renouvelables, y compris de l’éolien. Les propositions portées par Marine Le Pen sur l’industrie nucléaire ne répondent pas à l’urgence climatique : ces nouvelles centrales arriveraient trop tard pour répondre à cette urgence, avec un coût potentiellement exponentiel, des incertitudes industrielles sur la capacité de la filière à les développer, et une question non résolue des déchets nucléaires. Le programme de la candidate n’est pas compatible avec l’enjeu de la transition énergétique et ne permet pas d’atteindre la neutralité carbone. 

🔴 Adopter une politique climatique internationale à la hauteur des enjeux

Marine Le Pen ne propose aucune mesure de politique climatique internationale.

Les prositions de Marine Le Pen sur l’international

Le programme de Marine Le Pen ne comporte aucune mesure de politique internationale en lien avec le climat.

Notre avis

La diplomatie climatique est capitale dans la lutte contre les changements climatiques. L’absence de propositions de politique internationale climatique est donc néfaste pour le climat.

🔴 Verdir le budget de l’Etat

Marine Le Pen propose de baisser la TVA sur les énergies, augmentant ainsi les aides néfastes pour le climat.

Les propositions de Marine Le Pen sur les finances publiques

Marine Le Pen propose de baisser la TVA de 20 à 5,5 % sur les produits énergétiques (fioul, gaz, carburants, et électricité).

Notre avis

La proposition de Marine Le Pen est à l’opposé de ce que le Réseau Action Climat  porte en matière de fiscalité, mais aussi des objectifs français et européens sur la consommation d’énergie. Le Réseau Action Climat propose plutôt une hausse du montant du chèque énergie pour cibler les ménages en situation de précarité.

La candidate est totalement muette sur la question des financements des collectivités territoriales, acteurs pourtant essentiels pour porter la transition écologique sur le ter.Sur l’Europe aussi, la candidate fait preuve d’un mutisme inhabituel tant elle la critique habituellement. Il s’agit pourtant d’un niveau de gouvernance important, qui peut bloquer ou porter la transition écologique. C’est seulement par une réforme des règles budgétaires et en assurant la solidarité entre États membres que l’Union européenne peut réussir sa transition écologique. 

Méthodologie du décryptage des programmes
Plus d'actualités