Présidentielle : Que vaut Jean-Luc Mélenchon pour le climat ?

Dans le cadre de l'élection présidentielle, le Réseau Action Climat note l'ambition des mesures proposées par chaque candidat pour le climat. Transports, Agriculture, Logements, Energie, International, Industrie, Finances Publiques : que vaut le programme de Jean-Luc Mélenchon pour le climat ?

decryptage_rs_2022_03_16_

🟢 Donner accès à tous à une mobilité moins polluante

Jean-Luc Mélenchon a un programme complet et précis en matière de transports alternatifs à la voiture et d’accessibilité sociale à ces solutions, mais il n’aborde pas la conversion de l’industrie automobile.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur les transports

Jean-Luc Mélenchon promet de développer des transports écologiques et accessibles et consacre les mobilités comme des « biens communs qui doivent être organisés par des services 100 % publics ». Il propose notamment de mettre en œuvre un grand plan de régénération du réseau ferré existant et de réunifier la SNCF au sein d’un pôle public ferroviaire entièrement intégré. Jean-Luc Mélenchon propose également de réaliser un plan national de développement massif des transports collectifs ou encore de développer l’usage du vélo grâce à une série de mesures telles que le cofinancement des infrastructures cyclables ou l’aménagement des routes départementales. Le candidat détaille plusieurs propositions en faveur de l’accessibilité des transports telles que la gratuité dans les transports en commun urbains, les TER et les cars régionaux pour les moins de 25 ans, les privés d’emploi et les usagers disposant de faibles revenus. Jean-Luc Mélenchon promet aussi plusieurs mesures afin de réduire les émissions du secteur aérien : la suppression dès 2022 des connexions aériennes sans correspondances qui disposent d’une alternative en train en moins de 4h, l’alignement de la fiscalité du kérosène et des billets d’avion sur celle de la route, la hausse de la taxe de solidarité dès 2022 et un moratoire immédiat sur toute nouvelle infrastructure aéroportuaire et routière. Concernant la voiture, Jean-Luc Mélenchon n’aborde pas la question de la fin de vente des véhicules neufs diesel et essence et hybrides. 

Notre avis

Le programme de Jean-Luc Mélenchon est en cohérence avec les priorités dégagées par le Réseau Action Climat en matière de transports. Il détaille une feuille de route pour diminuer le recours à la voiture individuelle. Outre sa proposition d’un moratoire sur toute nouvelle infrastructure routière, Jean-Luc Mélenchon formule de nombreuses propositions pour accélérer le développement du transport ferroviaire, des transports collectifs et des modes actifs tels que le vélo. L’enjeu de l’accessibilité des transports est aussi traité avec plusieurs propositions concernant la tarification des transports ou encore l’obligation de mise en œuvre du forfait mobilités durables. L’enjeu de limiter le trafic aérien pour réduire les émissions du secteur est aussi bien identifié avec plusieurs propositions en ce sens. On peut en revanche regretter l’absence de propositions concernant la fin de vente des véhicules neufs diesel et essence et hybrides ou encore la volonté de mettre fin aux zones à faibles émissions (ZFE) dans leur conception actuelle sans proposer d’alternative pour organiser concrètement la sortie du diesel et de l’essence dans les agglomérations. 

🟢 Engager la relocalisation et la décarbonation de l’industrie

Le candidat propose une série de mesures complètes qui actionnent des leviers financiers et réglementaires afin d’engager les industriels dans la décarbonation et de permettre la relocalisation des secteurs clés.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon pour l’industrie

A travers la planification écologique, Jean Luc Mélenchon propose une série de mesures ayant pour objectif de remettre l’urgence écologique et climatique au centre de la politique économique. Ces mesures visent à la fois à :

  • réduire les risques et pollutions industrielles diverses,
  • limiter les déchets en pensant l’économie du réemploi,
  • obliger les entreprises à mettre en place une comptabilité carbone
  • engager la réindustrialisation des secteurs stratégiques pour permettre la bifurcation écologique

Notre avis

Jean-Luc Mélenchon propose une série de mesures complètes afin de décarboner l’industrie. Celles-ci actionnent des leviers financiers et réglementaires afin d’engager les industriels dans cette transformation et de permettre la relocalisation des secteurs clés. Le programme prend en compte les différents axes de la décarbonation (économie circulaire et mise sur le marché de produit faiblement carboné) et prévoit des mesures contraignantes pour les entreprises. Ainsi, il propose des conditionnalités sociales, écologiques et fiscales contraignantes pour les entreprises en contrepartie de toute aide d’Etat. Sur le plan des transitions professionnelles, il propose d’anticiper les conséquences sociales de la transformation de l’appareil productif en planifiant les reconversions nécessaires avec maintien du revenu et compte créer une sécurité sociale professionnelle. 

🟢 Transformer l’agriculture pour une alimentation de qualité pour tous et un revenu décent pour les agriculteurs

Jean-Luc Mélenchon propose un ensemble de mesures complet sur les sujets d’agriculture et d’alimentation, visant à rémunérer dignement les agriculteurs, à accélérer la transition agroécologique et à promouvoir une alimentation moins carnée, plus saine et plus durable.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur l’Agriculture

Jean-Luc Mélenchon promet une restauration collective 100 % bio et locale avec option végétarienne quotidienne et menu végétarien hebdomadaire pour tous, ainsi que la gratuité des cantines scolaires. Il s’engage à garantir l’accessibilité des produits de qualité à tous via notamment le développement des projets alimentaires territoriaux (PAT) et le renforcement des réseaux de distribution en circuit court. Son programme propose plusieurs mesures pour sortir des élevages industriels et accompagner la transition vers l’élevage durable (interdiction de l’installation ou l’agrandissement des élevages industriels et aide à la transition pour les éleveurs industriels se convertissant à l’élevage paysan ou aux cultures végétales). Il propose des mesures de protectionnisme écologique vis-à-vis des importations de denrées agricoles, tout en s’engageant à mettre fin à la déstabilisation des marchés des pays du Sud causées par nos exportations de denrées fortement subventionnées. Des mesures de démocratisation de la gouvernance des structures agricoles, de lutte contre l’artificialisation des sols et d’encouragement aux installations en agriculture biologique sont aussi proposées. Son programme préconise la réduction progressive de l’usage des engrais de synthèse et des pesticides par le biais de la taxation, et propose de fixer comme objectif contraignant l’atteinte d’un système agricole 100 % biologique au plus tard en 2050.

Notre avis

Le programme de Jean-Luc Mélenchon est compatible avec les différentes propositions du Réseau Action Climat, va plus loin sur certains points et est particulièrement précis dans les moyens à mettre en œuvre. En matière de restauration collective, il va au-delà des propositions du Réseau Action Climat avec l’ambition d’atteindre 100 % de bio et local et la gratuité des cantines scolaires. Il propose des mesures nombreuses, précises et ambitieuses pour sortir des élevages industriels et pour accompagner les éleveurs à la transition. Notons en outre qu’il est le seul candidat à proposer un objectif de réduction de 50 % de la consommation moyenne de protéines animales. En matière de diminution des engrais azotés de synthèse, il va plus loin en proposant l’adoption d’un objectif contraignant d’une France 100 % Bio en 2050. Son programme est également complet et équilibré sur le plan international, puisqu’il est question de promouvoir la souveraineté alimentaire de la France sans compromettre celle des pays tiers. 

🟢 Accélérer la rénovation performante des logements

Jean Luc Mélenchon propose une palette assez complète d’interventions pour parvenir au nombre nécessaire de rénovations performantes des logements, qui combine intervention financière massive, obligations conditionnées, accompagnement des ménages et formations des artisans.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur la rénovation des bâtiments

Jean-Luc Mélenchon propose de mettre en œuvre un plan de financement massif des projets de rénovation écologique de l’habitat et des bâtiments publics en privilégiant la qualité et les économies d’énergie. Il vise la rénovation d’au moins 700 000 logements par an. Ce plan pourra être coordonné par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Il souhaite rendre obligatoire la rénovation globale de l’ensemble du parc de logements pour obtenir un niveau BBC (classe énergétique A ou B) avant 2050, et pour le parc de logements sociaux avant 2035. Il met en avant les résultats énergétiques concrets et vérifiés dans le neuf et la réhabilitation. Il s’engage à former l’ensemble des professionnel·les à l’éco-construction. Concernant le financement de la rénovation pour les propriétaires les plus modestes, il propose d’augmenter les subventions pour favoriser le « zéro reste à charge ». Il veut également pérenniser le Prêt à taux zéro dédié à la rénovation énergétique pour tou·tes les propriétaires. Il souhaite interdire réellement la location des passoires thermiques et mettre en place un « guichet unique » public pour organiser la rénovation par les propriétaires individuel·le·s.  

Jean-Luc Mélenchon propose par ailleurs une tarification progressive de l’énergie afin de permettre de pénaliser les mésusages et les gaspillages de l’énergie, dans un objectif global de réduction de la consommation. Les coupures d’électricité comme de gaz seront abolies et les réductions de puissance limitées.

Notre avis

Le programme de Jean Luc Mélenchon est complet et à la hauteur des enjeux de la rénovation performante des logements et de la fin de la précarité énergétique. S’il ne mentionne pas spécifiquement de rehaussement du montant du chèque énergie, son approche de l’accompagnement des ménages en précarité énergétique à la réduction de consommation (à travers une prise en charge financière totale et un accompagnement humain spécifique) est certainement la bonne voie à suivre. Il ne fait pas l’impasse sur l’importance des questions de formation professionnelle pour le métiers du bâtiment. Le candidat s’aligne sur les propositions d’obligations de rénovation pour tous les logements d’ici 2030, et mentionne le respect de l’interdiction de mise en location des passoires énergétiques en 2025, sans la détailler.  Le seul oubli du candidat est le manque d’articulation des objectifs nationaux et européens pour la rénovation énergétique alors que ceux-ci sont actuellement discutés dans le cadre de la « vague de rénovations ».

🟢 S’orienter vers le 100 % énergies renouvelables

Jean Luc Mélenchon propose une transition énergétique ambitieuse en se tournant vers le 100 % renouvelables d’ici à 2050 ainsi qu’en divisant la consommation d’énergie par trois grâce à la sobriété et à l’efficacité énergétique.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur la transition énergétique

Le programme du candidat ambitionne de sortir du nucléaire et d’atteindre le 100 % énergies renouvelables en 2050. Les salarié·e·s du nucléaire (y compris sous-traitant·e·s) seront assuré·e·s de conserver leur emploi. Le programme reprend les trois piliers du scénario négaWatt pour sortir des énergies fossiles et du nucléaire, en préconisant ainsi de diviser la consommation d’énergie par trois via la sobriété et l’efficacité énergétique ainsi que de produire de l’énergie autrement. Des chiffres précis sont donnés : ne pas prolonger de réacteur nucléaire au-delà de 50 ans, plus que doubler l’éolien (pour atteindre en 2050 18 500 éoliennes terrestres et 3 000 en mer), accroître le photovoltaïque (jusqu’à 144 GW contre une dizaine aujourd’hui) et encourage les bioénergies (biomasse et biogaz).

Notre avis

Le programme du candidat reprend les principales propositions du Réseau Action Climat et offre une véritable feuille de route vers le 100 % énergies renouvelables d’ici à 2050, et ce en s’appuyant à la fois sur les scénarios de RTE, de négaWatt et de l’Agence Internationale de l’Energie. Il fait aussi mention du débat démocratique nécessaire autour de ces questions. La réduction de la consommation d’énergie, via la sobriété et l’efficacité, a une place importante dans cette transition énergétique, des revendications aussi portées par le Réseau Action Climat. Au niveau européen, l’objectif de 45 % d’énergies renouvelables en 2030 est toutefois en deçà de l’objectif de 50 % porté par le Réseau Action Climat.

🟠 Adopter une politique climatique internationale à la hauteur des enjeux

La plupart des propositions de politique internationale de Jean-Luc Mélenchon sont alignées avec les recommandations du Réseau Action Climat, même si le rôle et la qualité de la finance climat sont peu abordés.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur l’international

Jean-Luc Mélenchon défend l’idée d’une diplomatie altermondialiste pour la paix avec l’adoption de mesures telles que le retrait de l’OTAN, une réforme de la politique migratoire, une loi de programmation militaire ou l’action au sein de l’ONU.

Le candidat s’engage également à consacrer 0,7 % du revenu national brut à l’aide au développement et à réviser les mécanismes de dette dans les forums internationaux. Il propose la création d’un tribunal international de justice climatique et environnementale, la reconnaissance internationale du crime d’écocide et la refonte des accords commerciaux pour lutter notamment contre la déforestation importée. La protection de l’eau est aussi mentionnée comme un enjeu prioritaire de politique internationale, ainsi que l’inclusion de la biodiversité comme un bien public mondial, afin de favoriser sa protection.

Notre avis

La plupart des propositions de Jean-Luc Mélenchon sont alignées avec les recommandations du Réseau Action Climat, notamment sur la lutte contre la déforestation importée, la nécessité de revoir les mécanismes de dettes et la fin du financement aux énergies fossiles à l’étranger. Cependant, le rôle de la finance climat ne figure pas dans les mesures internationales du candidat. La proposition d’intégrer la biodiversité dans les biens publics mondiaux, ainsi que l’adoption d’un traité international de protection des fonds marins sont positives. 

🟢 Verdir le budget de l’Etat

Les propositions portées par le candidat vont dans le sens d’un verdissement global du budget de l’Etat.

Les propositions de Jean-Luc Mélenchon sur les finances publiques

Jean-Luc Mélenchon s’engage à lancer un  lancer un plan massif d’investissement de 200 milliards d’euro « écologiquement et socialement utiles » ce plan financerait la plupart de ses mesures sur l’environnement, dépolluer les flux financiers et à mettre en place une “règle verte” pour tous les investissements.  Il souhaite aussi évaluer et supprimer les niches fiscales nuisibles écologiquement et mettre en place un ISF climatique. Concernant les collectivités, le programme fait référence à une augmentation des moyens locaux d’investissements nécessaires et de moyens humains, notamment pour les transports durables et la lutte contre la précarité énergétique.

Notre avis

Jean-Luc Mélenchon porte plusieurs propositions fortes à même de verdir le budget de l’Etat : supprimer les niches fiscales, dépolluer les flux financiers (aujourd’hui largement tourné vers les énergies fossiles) et mettre en place un ISF climatique. 

Il porte des propositions intéressantes pour la transition locale, en soutenant à la fois une hausse des financements pour les collectivités territoriales pour l’investissement mais aussi pour le fonctionnement. S’agissant du volet européen du financement de la transition écologique, Jean-Luc Mélenchon reste vague. Il souhaite mettre fin aux règles budgétaires européennes, mais ne questionne pas l’Après (à quelles règles budgétaires faut-il se fier ?). Le programme mentionne l’incompatibilité entre objectifs climatiques et règles budgétaires, et propose de faire pression en Europe pour ne pas appliquer les règles. Il ne mentionne pas la question de la solidarité européenne pour financer la transition écologique.

Méthodologie de décryptage des programmes
Plus d'actualités