Moins et Mieux de produits d’origine animale au bénéfice de tous

La semaine de l’agriculture française démarre ce jeudi 13 mai 2021. A cette occasion, le Réseau Action Climat rappelle que notre système agricole doit opérer une mutation profonde au bénéfice des paysans, de la santé de tous et du climat.

Des mesures ambitieuses nécessaires pour réduire les impacts de l’agriculture et de l’élevage

Le Réseau Action Climat publie ce jour sa position “Moins et Mieux : un élevage et une consommation de produits animaux respectueux de la planète” ainsi qu’une vidéo de sensibilisation. 25% des émissions territoriales françaises sont liées à l’activité agricole. Sur ces émissions agricoles, 80% sont liées à l’élevage, du fait principalement de la fermentation entérique (cause de rejet de méthane par les animaux), des déjections animales et de la production végétale destinée à l’alimentation des animaux.

Si nous voulons avoir une chance que la France atteigne ses objectifs climat, une double division par au moins 2 doit être opérée : sur la production et sur la consommation de produits animaux, prioritairement industriels. En parallèle, il est aussi nécessaire de développer la production et la consommation de produits animaux de qualité. Cette lutte contre le dérèglement climatique, consiste aussi à prévenir plutôt que guérir : les épisodes dramatiques de grêle ou les sécheresses à répétition nous le rappellent de plus en plus lourdement chaque année, au dépend des agriculteurs qui y sont le plus exposés.

Pour une PAC compatible avec les objectifs climatiques

Cette mutation profonde de notre système agricole devra nécessairement passer par un système d’aides publiques, au premier rang desquels la déclinaison française (PSN) de la Politique agricole commune (PAC). Or nous sommes dans la dernière ligne droite pour négocier les derniers arbitrages. Ce PSN devra accompagner les agriculteurs au plus près en mettant en place, notamment, des aides aux élevages les plus durables et en supprimant les aides aux élevages les plus polluants. Il devra aussi soutenir le développement des productions bénéfiques pour la santé de tous, notamment les légumes secs et les fruits et légumes frais, ce qui n’est pas le cas actuellement. Le Réseau Action Climat a proposé des mesures concrètes pour un PSN plus compatible avec les objectifs climatiques.

Lire notre position

MOINS ET MIEUX : LA POSITION DU RÉSEAU ACTION CLIMAT SUR L’ÉLEVAGE ET LES PRODUITS ANIMAUX
Plus d'actualités