Actions locales : en route vers les municipales !

Des centaines de milliers de citoyens interpellent les politiques sur l'urgence d'agir depuis plusieurs mois au travers de marches pour le climat. Le projet Alternatives Territoriales propose une voie concrète à cet engagement : se mobiliser pour pousser ses élus locaux à prendre des mesures à la hauteur du défi climatique !

Marche pour le climat à Marseille, le 8 décembre 2018 – “Elus, que faites-vous pour le climat?”
Marche pour le climat à Marseille, le 8 décembre 2018 – “Elus, que faites-vous pour le climat?”

Les groupes locaux engagés dans le projet Alternatives Territoriale, porté avec Alternatiba, ont planché lors d’un weekend de travail du 8 au 10 février 2019 pour se donner un cap stratégique ambitieux : s’assurer que les élu·e·s de demain soient aussi les artisans de la transition écologique des territoires.

Retour sur l’année 2018 où les citoyens se sont impliqués pour rehausser l’ambition des PCAET

Démarré en décembre 2017, le projet Alternatives Territoriales porté par Alternatiba et le Réseau Action Climat France consiste à appuyer les groupes locaux pour que ceux-ci enclenchent la métamorphose des territoires pour répondre à l’urgence climatique.

Pour cela, il est proposé d’accompagner des groupes locaux dans la réalisation de campagnes locales sur le climat. Ces campagnes nécessitent de maîtriser des outils comme le plaidoyer, la communication et la mobilisation.

Depuis plus d’un an, les 39 groupes de travail sont devenus des interlocuteurs clés sur le climat, connus par les réseaux locaux d’associations, et pour beaucoup, identifiés par les élu·e·s comme force de proposition dans les politiques climatiques locales.

Durant l’année passée, les groupes se sont majoritairement impliqués dans la co-construction des Plans climat air énergie territoriaux (PCAET). Cette planification réglementaire rendait en effet plus facile pour les groupes locaux le fait de demander des mesures ambitieuses en termes de politiques climat locales.

Une fois adoptés, ces PCAET constitueront un “plancher bas d’ambition climatique”, c’est-à-dire un socle de mesures adoptées, validées, budgétées, sur lesquelles il sera difficile de revenir en arrière pour les prochains responsables locaux.

clementtissotphotographe-20
Lors du week-end de formation stratégique du 8 et 10 février 2019, les groupes ont notamment été formés sur les enjeux de la pollution de l’air et des mobilités

2019 : se préparer à 2020 et aux municipales !

En 2019, les groupes pourront mettre à profit l’expérience de plaidoyer acquise pour faire adopter des mesures exemplaires et structurantes dans les territoires. Celles-ci peuvent être obtenues dans certains territoires n’ayant pas encore validés leurs PCAET ; et pour tous les groupes, la séquence électorale s’annonce comme LE temps fort de l’année 2019/2020.

En effet, il nous faudra faire du climat un thème central des élections municipales, et pousser les candidats à se positionner, voire les faire s’engager sur des mesures concrètes.

Pour cela, une mobilisation citoyenne massive et organisée sera nécessaire, afin de créer le rapport de force permettant de rendre visible l’urgence climatique et les réponses locales qui peuvent y être apportées.

clementtissotphotographe-1
les militants des groupes impliqués dans alternatives territoriales, réunis à Montreuil du 8 au 10 février 2019, prêt à s’impliquer dans les municipales de 2020 !

Il est  possible de “simplement” mettre le climat à l’agenda des élections municipales dans son territoire ; mais aussi de faire s’engager les candidat·e·s sur des mesures élaborées par son groupes ou par des partenaires. Les campagnes entamées en 2018 devront s’appuyer sur les municipales pour devenir gagnantes, car il s’agit d’un moment politique décisif car il déterminera l’ambition des politiques qui seront mises en oeuvre par la suite.

dsc_0374
Lors du weekend de travail, du 8 au 10 février, les groupes ont été formés à dialoguer avec les élues. Léa Vasa, élue à la mairie du Xe arrdt de Paris, à participé à ce temps d’échange important.

Entre septembre 2019 et mars 2020, la phase de travail sur les municipales sera jalonnée de temps forts permettant de rendre visible l’urgence d’agir sur les territoires.

Nos futurs élus peuvent et doivent mettre en place les conditions d’un territoire compatible avec l’objectif de maintenir le réchauffement climatique mondial sous la barre des 1,5°C.

Plus d'actualités