Politique alimentaire : Le Réseau Action Climat écrit à la Ministre de la santé

Une consultation vient d'être ouverte pour renouveler la politique alimentaire de la France. Devant l'épidémie de maladies chroniques et l'urgence climatique, cette politique alimentaire doit avoir pour objectif principal la santé de tous les français et françaises et être cohérente avec la politique climatique de la France.

Une consultation vient de s’ouvrir via le Conseil national de l’alimentation sur le projet de Programme national pour l’alimentation et la nutrition (PNAN) nouvellement créé. Ce dernier englobe deux politiques préexistantes : le Programme national nutrition santé (PNNS) et le Programme national de l’alimentation (PNA). Alors que depuis plus de deux ans, nous avons sollicité à de nombreuses reprises, en vain, une rencontre auprès du ministère des Solidarités et de la Santé, nous apprenons que des parties prenantes ont été consultées en amont de cette consultation. De plus, cette consultation se fait sur un temps très court (du 9 au 21 avril), rendant très difficile l’élaboration d’une réponse étayée de notre part.

Devant l’opacité et la précipitation de la consultation et face à l’urgence de rendre cohérente cette politique alimentaire avec les politiques climat de la France, le Réseau Action Climat et ses associations membres ont décidé d’envoyer une lettre à la ministre de la Santé, que nous rendons publique sur notre site.

Lettre ouverte à Madame Buzyn, ministre des solidarités et de la santé

Aujourd’hui plus que jamais, les politiques alimentaires de la France ne peuvent se faire sans la prise en compte de l’urgence climatique. Si nous ne voulons pas dépasser le point de non-retour au-delà duquel l’emballement climatique serait hors de contrôle, tous les ministères doivent agir de concert, et vite. Le ministère de la santé en fait partie.

Ainsi, devant l’échec des précédentes politiques nutritionnelles, son renouvellement doit être l’occasion de mettre en place un panel de mesures concrètes et ambitieuses afin de rendre l’alimentation durable et saine accessible à tous et en particulier aux plus précaires.

  • Interdir la publicité à destination des enfants (en effet il s’agit de la source d’information sur l’alimentation la plus importante, et les enfants sont les cibles les plus sensibles à la publicité)
  • Mettre en place une sécurité sociale alimentaire
  • Inciter clairement à une augmentation de la consommation des produits bio et à une baisse de la consommation des produits animaux (viande et produits laitiers, et en particulier des produits industriels). Classer les légumes secs dans la catégorie des protéines, comme c’est déjà le cas au Canada, au Royaumes-Unis en encore aux Etats-Unis.
  • Améliorer la qualité nutritionnelle des aliments en instaurant des limites maximales pour le gras, le sel, le sucre notamment, et en interdisant contaminants les plus nocifs.

Pour plus de détails, l’ensemble de nos demandes sont à retrouver dans notre contribution ci-dessous.

Contribution à la politique alimentaire du Réseau Action Climat
Plus d'actualités