Quel modèle agricole face aux changements climatiques ?

La menace posée par les changements climatiques sur la production alimentaire est une des raisons à l’origine de la création de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) en 1992.

Togo – Dapaong. ©ElodiePerriot
Togo – Dapaong. ©ElodiePerriot

Avec l’adoption de l’accord de Paris en 2015, un pas supplémentaire a été franchi en intégrant dès le préambule du texte la sécurité alimentaire comme l’un des principes de l’accord. Dans un monde où l’on produit suffisamment de nourriture pour nourrir 12 milliards d’êtres humains, 815 millions souffrent encore de la faim en 2017 et ce chiffre vient d’augmenter pour la première fois depuis 10 ans. En cause ? Les changements climatiques.[1]

Si l’agriculture est présente dans 94% des Contributions Nationales Déterminées (CDN) des États dans les stratégies d’adaptation ou d’atténuation, ce sujet est pourtant au point mort dans les discussions des COP ces dernières années.

L’agriculture et la sécurité alimentaire à la CCNUCC soulèvent deux enjeux : le premier est celui de l’atténuation des changements climatiques. L’agriculture représente un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, un tiers si l’on prend en compte l’ensemble des systèmes alimentaires. En 2012, 10 États du Nord et du Sud étaient responsables de 61 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole : Chine, Inde, Brésil, Union Européenne, États-Unis, Australie, Indonésie, Pakistan, Argentine.[2]

Le second enjeu est celui de l’adaptation d’un secteur fortement impacté par les changements climatiques. En termes de financements climat, l’objectif dans l’accord de Paris d’un équilibre entre adaptation et atténuation n’est pas rempli. Or les petits agriculteurs représentent 98 % des producteurs, et produisent 70 % de la nourriture mondiale. L’adaptation de ce secteur est donc cruciale pour assurer la sécurité alimentaire face aux changements climatiques.

Les blocages ne sont pas ceux d’un modèle des pays du Nord contre un modèle des pays du Sud, mais résultent du refus de poser la question politique du choix du modèle agricole permettant à la fois de réduire l’impact sur les émissions de gaz à effet de serre, d’adapter les agricultures familiales, et de garantir la sécurité alimentaire de tous. Cela implique de renoncer à d’autres modèles gourmands en produits phytosanitaires. Ce sont bien des enjeux économiques qui empêchent aujourd’hui d’aborder pleinement le sujet des systèmes alimentaires nécessaires à une économie décarbonée et préservant les droits humains.

Un programme de travail sur l’agriculture et la sécurité alimentaire

Depuis trois ans, la société civile demande la création d’un programme de travail sur l’agriculture et la sécurité alimentaire qui permettrait d’aborder de façon équitable et selon le principe de la responsabilité commune et différenciée la question des émissions de gaz à effet de serre liées aux modèles agricoles. La question de l’adaptation pourrait y être discutée de façon à répondre aux 4 piliers de la sécurité alimentaire : l’accès à la nourriture, la disponibilité de celle-ci, sa qualité et la régularité de l’approvisionnement. Le pilier primordial étant l’accès, afin de garantir le droit à l’alimentation de tous.

Pour répondre aux enjeux posés par les changements climatiques, tant en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre que d’adaptation, il faut se tourner vers l’agriculture familiale et l’agroécologie. Il est urgent de soutenir les petits producteurs afin de développer leur résilience face aux chocs climatiques extrêmes (semences adaptées aux conditions locales et pratiques permettant d’améliorer la rétention d’eau et la fertilité des sols). Par ailleurs, l’agroécologie paysanne a des co-bénéfices sociaux, économiques, et environnementaux qui permettent un développement durable et d’avancer vers l’éradication de la pauvreté, première cause de l’insécurité alimentaire.[3]

Article rédigé par Sara Lickel, Chargée de plaidoyer au Secours Catholique

Notes de bas de page

[1] Le rapport 2017 sur l’état de la sécurité alimentaire dans le monde publié en septembre 2017 a annoncé cette préoccupante augmentation et l’a lié aux changements climatiques et à la multiplication des conflits (eux-mêmes de plus de plus liés à la raréfaction des ressources naturelles). Ce rapport ne prend pas en compte les famines de 2017 dans la Corne de l’Afrique notamment.  http://www.fao.org/state-of-food-security-nutrition/en/
[2] World Resources Institute, CAIT climate data explorer
[3] Retrouvez l’intégralité de l’article sur www.caritasclimat.fr

Plus d'actualités