Libérons nos villes du tout-voiture !

Faire entendre votre voix pour accélérer le développement des pistes cyclables, c’est possible, via des pétitions en ligne, comme celles sur Greenvoice. Le Réseau Action Climat rappelle l’importance de développer des mobilités alternatives à la voiture individuelle accessibles et l’importance de la mobilisation locale pour y parvenir.

Faire entendre votre voix pour accélérer le développement des pistes cyclables, c’est possible. C’est possible via des pétitions en ligne, comme celles que vous trouverez sur Greenvoice. Mais pourquoi faire des pétition pour promouvoir le vélo ? Est-ce-que cela fonctionne vraiment ? Le Réseau Action Climat rappelle l’importance de développer des mobilités alternatives à la voiture individuelle accessibles et l’importance de la mobilisation locale et citoyenne pour y parvenir. 

Pourquoi se mobiliser pour développer le vélo ?

Sortir du transport routier, un transport polluant

Lutter contre le dérèglement climatique est une priorité, alors que chaque année apporte son lot de triste records de catastrophes climatiques, de hausse des températures, etc. Il est urgent d’agir et cela nécessite de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre.

En France, le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre est celui des transports avec 30,8% des émissions. Il s’agit aussi d’un problème de santé publique majeur puisque 67 000 personnes décèdent en France chaque année à cause de la pollution de l’air.

Parmi les différents modes de transport, le transport routier est à lui seul responsable de près de 94 % des émissions de ce secteur au niveau national et les véhicules particuliers de plus de la moitié d’entre elles (52 %). À l’échelle des métropoles, le transport routier est également le premier, ou l’un des premiers secteurs émetteurs de gaz à effet de serre. Selon le WWF, en 2018, le transport représentait 16% des émissions de gaz à effet de serre dans les 10 plus grandes métropoles françaises.

Le constat est le même pour la pollution atmosphérique. Le transport routier est le premier secteur émetteur avec 63% des émissions d’oxyde d’azote (NOx) et 17% des émissions de particules fines (PM2.5), les plus dangereuses pour la santé. Dans les métropoles, la part du transport routier dans les émissions de particules fines est encore plus importante, elle est par exemple de 58% à Paris.

Changer notre manière de concevoir les déplacements nécessite d’inverser la tendance et de donner la priorité aux mobilités actives (marche, vélo) et aux transports en commun. Si 2020 est une année record pour la pratique en vélo, la part du vélo dans les déplacements quotidiens est encore bien inférieure à celle de nos voisins hollandais ou allemands et le vélo est loin d’avoir montré tout son potentiel. Les efforts doivent être poursuivis et intensifiés en proposant notamment davantage d’infrastructures cyclables sécurisées et continues.

Il est donc nécessaire de demander aujourd’hui :

  • le développement de pistes cyclables sécurisées et continues ;
  • le développement de services de location diversifiés pour avoir accès à des vélos mécaniques, vélos à assistance électrique, vélos cargo, etc. ;
  • l’apprentissage du vélo pour toutes et tous et le soutien aux ateliers vélo qui permettent entre autres la réparation ;
  • le développement d’un “code la route” qui donne la priorité aux vélos, la marche et aux transports en commun. Cela passe par exemple par une modération de la vitesse automobile (généralisation des zones 30), la mise en place de zones à faibles émissions (ZFE) et de zones à trafic limité, la généralisation des doubles sens cyclables et des « cédez le passage cycliste au feu ». Comme l’expliquent Sébastien Marrec chercheur en urbanisme et aménagement et Florian Le Villain architecte-urbaniste : il faut rendre la villes aux habitants : “la circulation automobile n’y est en aucun cas interdite, mais rendue beaucoup moins efficace que les autres modes” ;
  • la mise en oeuvre d’un plan vélo ambitieux à hauteur de 30€/an/hab minimum ;
  • le développement des infrastructures nécessaires à la pratique du vélo : le stationnement sécurisé (près des commerces, des arrêts de bus, des services publics, à l’intérieur des écoles…), l’intermodalité avec les transports en commun via des portes-vélos, des stationnements en gare, etc. ;
  • l’exemplarité de la commune dans son fonctionnement (généralisation du forfait mobilités durables pour les employés communaux par exemple).

Enfin, il est à noter qu’une politique de vélo ambitieuse doit être pensée dans le cadre d’une politique de déplacement et d’aménagement plus globale. Ainsi, le développement du vélo doit aller de paire avec le développement des transports en commun de qualité et en quantité suffisante, transports qui doivent être accessibles en priorité aux plus précaires grâce à une tarification solidaire. Cela implique aussi d’avancer sur des mesures visant à maîtriser la demande en déplacements comme l’abandon des projets de nouvelles zones commerciales en périphérie ; tout en mettant fin aux projets pro-voitures individuelles (mettre fin au développement des places de stationnement, abandonner tout projet de nouvelle infrastructure routière/autoroutière ou d’extension des capacités routières etc.).

image-z-02-emailing-1200x600-3

Une pétition, ça sert vraiment à quelque chose ?

Lancer une pétition permet aux campagnes de gagner en puissance et en voix : le soutien de la masse renforce ainsi à la fois la crédibilité de votre demande et la capacité de mobilisation de votre structure. 

Signer une pétition est une pierre supplémentaire pour soutenir une campagne et potentiellement inverser ou appuyer le rapport de force. Il s’agit d’un réel moyen d’action, notamment à l’échelon local. 

En partenariat avec Alternatiba et Greenpeace, le Réseau Action Climat lance la campagne “Libérons nos villes du tout-voiture” sur la plateforme de pétitions en ligne Green Voice afin de faire porter la voix des citoyens et citoyennes auprès des exécutifs locaux pour réduire la place de la voiture au profit des mobilités alternatives ! Vous pouvez à la fois :

  • Soutenir des dynamiques déjà lancées dans votre ville
  • Lancer votre propre pétition !
Plus d'actualités