L’Europe adopte une transition énergétique revue à la hausse, mais loin de l’accord de Paris

Les députés européens et les gouvernements se sont mis d'accord tard dans la nuit sur la directive efficacité énergétique et le règlement gouvernance, les deux chaînons manquants à la transition énergétique européenne.

Panneaux solaires
Panneaux solaires

Le Réseau Action Climat regrette le manque d’ambition sur l’efficacité énergétique, rouage essentiel à la mise en oeuvre de l’accord de Paris sur le climat, mais reconnaît des avancées importantes pour que les États contribuent collectivement aux objectifs européens.  

Un résultat décevant sur l’efficacité énergétique

Les décideurs européens débloquent enfin leurs objectifs énergétiques, en adoptant 32 % d’énergies renouvelables et 32,5 % d’efficacité énergétique pour 2030, sans toutefois rentrer en vitesse de croisière. C’est particulièrement le cas sur l’efficacité énergétique, où le résultat est décevant au regard de l’énorme potentiel des économies d’énergies : à l’échelle européenne chaque pourcentage additionnel à l’objectif d’efficacité énergétique pourrait créer jusqu’à 336 000 emplois, permettrait de lutter contre la précarité énergétique qui touche un Européen sur quatre et amènerait l’Europe sur la voie de l’indépendance énergétique et de l’accord de Paris sur le climat. Seule consolation, les objectifs pourront être rouverts en 2023.

En revanche, grâce au règlement sur la gouvernance, véritable loi climatique européenne, l’Union européenne se dote enfin de l’arsenal nécessaire pour assurer la solidarité de tous les pays dans l’atteinte des objectifs climatiques et énergétiques européens. Pour la première fois, elle pourra demander aux gouvernements retardataires sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de prendre des mesures supplémentaires et de booster leur transition énergétique. C’est une avancée importante.

La France, qui pourtant accuse un retard important dans le développement des énergies renouvelables, a défendu aux côtés du Parlement européen et d’autres États européens un coup d’accélérateur pour la transition énergétique en Europe. Maintenant, la balle est dans son camp pour valider ce paquet énergie européen et traduire cette ambition européenne sur son territoire.

Le couple franco-allemand maintient la porte de l’ambition climatique ouverte

Les députés européens n’ont malheureusement pas pu graver dans le marbre l’objectif climatique de zéro émission nette pour 2050, pourtant seul horizon rapprochant l’Europe de l’accord de Paris. Néanmoins, ils ont obtenu un soutien de taille pour la suite : l’Allemagne, qui a accepté de s’engager aux côtés de la France lors du sommet franco-allemand du 19 juin pour soutenir cet objectif et réviser l’objectif climatique européen pour 2030.

Le signal envoyé hier par le couple franco-allemand laisse la porte ouverte pour enfin aligner les objectifs et politiques européennes à l’accord de Paris, mais devra se concrétiser dans la bataille à venir en amont de la COP 24 de Katowice : la Stratégie européenne sur le climat en cours d’élaboration par la Commission.

Plus d'actualités