Le One Planet Summit 2021 : la transparence et le suivi à nouveau mis de côté

Le One Planet Summit s’est tenu hier majoritairement en ligne, avec la présence de chef.f.e.s d’Etats, mais aussi de représentants du secteur privé et d’organisations internationales. À côté des annonces plus ou moins ambitieuses et parfois floues, aucune précision sur le suivi des coalitions n’a été donnée.

Dans le briefing posté la semaine dernière, le Réseau Action Climat avait présenté ses attentes en matière de transparence, de suivi et d’évaluation des coalitions nées ou relancées / soutenues par le One Planet Summit. Il avait été demandé la mise en place d’outils de suivi et d’évaluation pour les nouvelles coalitions créées, mais également pour les précédentes dans le domaine du climat. De plus, une inscription systématique de ces coalitions sur les plateformes de suivi onusiennes (au minimum celle de la CCNUCC, le Global Climate Action Portal) devait être demandée par le One Planet Summit. Or, force est de constater que la transparence et l’évaluation ont une fois de plus été mises de côté pendant ce sommet de 2021.

Les annonces ont été très diverses, parfois compliquées à cerner. Par exemple, durant la présentation de la coalition Méditerranée exemplaire 2030, beaucoup de sujets ont été abordés sans feuille de route ou de plan d’action. Dans la thématique des forêts, durant la quatrième session, aucune nouvelle mesure n’a été annoncée concrètement. Certaines coalitions présentent des objectifs plus précis, comme la coalition High Ambition Coalition for Nature and People ou encore la Grande Muraille verte. Il est cependant dommage que le focus ait été à nouveau tourné vers des annonces, et non vers la mise en place de système de gouvernance et de transparence efficace. Pourtant, concernant la Grande Muraille verte par exemple, qui existe depuis 2002, c’est bien un souci de gouvernance qui subsiste, à côté de celui des financements. Même si les promesses de contributions financières lancées pendant le sommet sont intéressantes, elles perdent de leur intérêt si la gouvernance de la coalition n’est pas consolidée.

Le sommet a été conclu par le Président de la République Emmanuel Macron, qui en guise de suivi, a annoncé les prochains rendez-vous des coalitions phares du sommet, afin de constater les avancées et résultats. Or, selon le Réseau Action Climat, cette démarche ne consiste pas à la mise en place d’un système de suivi et d’évaluation fort au sein du One Planet Summit. C’est pourtant une de ses tâches principales en tant que plateforme multi-acteurs, qui est tout aussi cruciale que la hausse de l’ambition et la création de partenariats. Les coalitions multi-acteurs manquent, pour la majorité, de transparence et d’évaluation (voir notre état des lieux sur les coalitions multi-acteurs ici). Il ne sera jamais possible d’imposer à une coalition de faire un travail de suivi ou d’évaluation en interne, à part éventuellement par les bailleurs de cette coalition. En revanche, les plateformes multi-acteurs peuvent jouer ce rôle et fournir des informations sur les résultats et l’impact de leurs coalitions membres. Cette tâche est d’autant plus cruciale en 2021, avec la COP26 qui entamera une nouvelle phase de mise en œuvre de l’Accord de Paris. En ce qui concerne ce sommet du One Planet Summit, l’occasion a été manquée. Il est nécessaire que cette plateforme approfondisse son travail sur des outils concrets de suivi et d’évaluation d’ici la COP26, sinon il perdra de son intérêt, en crédibilité et en efficacité pour contribuer pleinement à la mise en œuvre de l’Accord de Paris et à la protection de la biodiversité.

Veuillez retrouver le briefing presse posté la semaine dernière ci-dessous. L’image de cet article est tirée sur site internet du One Planet Summit, https://www.oneplanetsummit.fr/

Briefing Presse One Planet Summit 11 Janvier 2021
Plus d'actualités