La New York Climate Week : des engagements, oui, pour quels résultats ?

Du 20 au 26 septembre, la Climate Week s'est déroulée à New York en vue de mobiliser secteur privé, gouvernements et institutions financières pour atténuer le plus possible le changement climatique.

La New York Climate Week se tient du 20 au 26 septembre, en vue de mobiliser  secteur privé, gouvernements et institutions financières pour atténuer le plus possible le changement climatique. Les organisateurs, l’organisation Climate Group, l’ONU ainsi que la ville de New York, visent à rehausser l’ambition de tous les participants en amont de la COP26, prévue pour début novembre 2021. Ce type de sommet qui rassemble acteurs et coalitions de natures très différentes pose des questions sur le suivi des mesures annoncées et l’alignement de celle-ci avec les objectifs fixés par l’accord de Paris. Alors, bonne volonté ou greenwashing ?

Que se passe-t-il concrètement pendant cette semaine?

Il ne s’agit pas d’un sommet où les Etats prennent des décisions communes et signent des Accords, comme une COP. Il s’agit plutôt d’un forum, où tous les acteurs invités peuvent présenter leurs projets pour le climat, et s’engager devant les caméras / médias du monde entier pour faire mieux envers l’environnement. C’est aussi un espace d’échange, de dialogue, afin d’identifier les bonnes pratiques pour le climat et tenter de les multiplier sur toute la planète. La plupart des participants viennent pour former ou faire perdurer des coalitions multi-acteurs, créées souvent lors de sommets internationaux tels que la New York Climate Week. Ces coalitions sont en fait des partenariats entre Etats, secteurs privés, banques, syndicats et parfois même ONGs. Leur but est de fixer des objectifs communs entre les participants pour réduire leur impact sur le climat, souvent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elles sont extrêmement diverses en termes de taille et de sujets traités (énergie, transports, agriculture).

Un sommet médiatique… mais quel résultat pour le climat ?

L’impact des sommets multi-acteurs, et donc aussi des coalitions, est extrêmement difficile à calculer. Vu la diversité des thématiques et des acteurs engagés, il est compliqué de garder une vue d’ensemble sur les résultats atteints d’année en année. Les équipes de la CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques) tentent de proposer un accompagnement aux organisateurs de ce type d’évènements afin de faire des bilans d’évaluation, mais cela reste très timide pour le moment. 

Mais où est la transparence ?

La difficulté d’évaluer ne tient pas seulement à la haute technicité de l’exercice : en effet, beaucoup de coalitions ne communiquent pas leurs résultats, encore moins leurs impacts. L’an dernier, le Réseau Action Climat a tenté de faire un état des lieux des coalitions inscrites auprès de différentes plateformes ou de sommets multi-acteurs. De toutes les coalitions évaluées (321), 68% ne donnent aucun éléments de suivi ou d’évaluation de leurs résultats.

Ce manque de transparence pose des questions cruciales : qui décide au sein des coalitions? Comment les projets sont-ils mis en œuvre, avec qui? Quelles sont les technologies / pratiques qui sont encouragées? Sont-elles vraiment les plus efficaces pour lutter contre le changement climatique?

capture-decran-2021-09-24-a-15-17-28

Pourquoi le manque de transparence et d’évaluation pose problème?

On peut trouver deux conséquences majeures et inquiétantes à cette multitude de coalitions qui se créent, sans aucun suivi :

  • Un risque de greenwashing, avec des membres qui utilisent la coalition en tant que simple outil de communication, sans conduire à la mise en œuvre des engagements pris dans ce cadre

  • Leur réel impact étant rarement calculé ou accessible, les actions des coalitions se révèlent parfois contradictoires avec l’accord de Paris. 

Est-ce aussi le cas lors de la New York Climate Week?

Malheureusement ce sommet ne fait pas exception! Des événements organisés lors de cette semaine posent problème, selon les positions du Réseau Action Climat. Les technologies, concepts et idées qui y sont promues ne sont pas toujours alignées avec les recommandations du GIEC.

Prenons l’exemple de la coalition Breakthrough Energy Coalition, créée lors de la COP21 en 2015 et sponsor de la New York Climate Week. Elle rassemble différents acteurs, dont des entreprises françaises comme Total, BNP Paribas, ou encore Engie selon les informations sur les plateformes onusiennes. Leur objectif ultime est d’atteindre une trajectoire zéro émission nette d’ici 2050. La coalition traite de nombreuses thématiques essentielles pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, mais ne livre aucune donnée concernant ses résultats.

A travers certains articles sur son site web, elle mentionne le stockage et la séquestration de CO2, ou encore le nucléaire avancé comme solutions. Selon le Réseau Action Climat, ces technologies ne sont pas celles qui permettront la transition écologique (1) . Le rapport du GIEC 1,5 Global Warming (2) démontre que les impacts sociaux et  environnementaux de ces “solutions” sont plus défavorables que d’autres solutions comme la rénovation énergétique des bâtiments ou les énergies renouvelables. En effet, les pratiques de stockage et la séquestration du CO2 n’ont pas démontré leur fiabilité à grande échelle. Quant au nucléaire, outre son coût élevé et les risques inhérents à cette technologie, le stockage de ses déchets reste une problématique. 

Sans aller dans le détail de tous les évènements, on parle plutôt d’innovation dans le secteur agricole par exemple (3), plutôt que de l’agroécologie, qui est pourtant la meilleure solution pour faire face au changement climatique. Dans le secteur des transports, on trouve des évènements qui mettent en avant l’aviation “durable et verte” (4), plutôt que le train ou le vélo comme moyens de mobilité phares contre les émissions de gaz à effet de serre. Il est donc évident que la New York Climate Week n’organise pas des évènements toujours pertinents pour faire face à la crise climatique, mais propose plutôt une bonne occasion de communication, voire de greenwashing, pour de nombreuses entreprises.

Renforcer le suivi et la transparence des coalitions multi-acteurs

Déterminer l’impact réel des coalition avec une méthode de suivi robuste

Le Réseau Action Climat propose un suivi régulier des coalitions multi-acteurs par le secrétariat de la CCNUCC, en particulier celles qui sont inscrites auprès d’elle (ce qui est le cas de beaucoup de coalitions de la New York Climate Week). En effet, la CCNUCC a un espace multi-acteurs, le Marrakech Partnership for Global Climate Action, qui a établi un portail de suivi pour les coalitions, le Global Climate Action Portal. Il y a donc déjà une architecture existante qui pourrait accroître la transparence du fonctionnement des coalitions et de leurs résultats. Cependant, ce système est fondé sur le volontariat des coalitions pour renseigner leurs résultats, ce qui est bien rarement fait. Sur le schéma ci-dessous, les coalitions sont placées dans la gouvernance internationale en tant que soutien à la mise en œuvre des cadres internationaux et nationaux, avec une obligation de renseigner leurs résultats tous les ans auprès de la CCNUCC.

capture-decran-2021-09-24-a-15-18-15

Renforcer la méthodologie d’évaluation au sein de la CCNUCC et de son portail multi-acteurs, le Global Climate Action Portal

En plus d’une obligation de renseigner les résultats des coalitions, il faut établir des méthodologies efficaces pour tirer un bilan de leurs activités. Le Réseau Action Climat a publié une méthodologie en avril 2021 pour évaluer les coalitions. Même si elle ne couvre pas tous les aspects de l’évaluation (notamment aussi car le Réseau Action Climat n’a pas eu accès à toutes les données nécessaires), elle propose des principes forts illustrés par l’évaluation de trois coalitions : Breakthrough Energy Coalition, Global Alliance for Climate Smart Agriculture et International Solar Alliance. Le Réseau Action Climat propose une fiche d’identité par coalitions, ainsi qu’une grille d’évaluation autour de quatre axes : la qualité des objectifs et de l’impact de la coalition, l’inclusivité et la représentativité des membres, la transparence et le fonctionnement interne, et enfin le système de suivi et d’évaluation. 

L’analyse d’évènements comme la New York Climate Week, ainsi que de l’impact des coalitions présentes, démontre la nécessité d’accroître la transparence sur ces dernières. C’est le seul moyen pour éviter le greenwashing et la mise en avant des intérêts de certains acteurs comme les grandes entreprises, les banques, plutôt que ceux des populations impactées par le changement climatique.

(1) Pour aller plus loin sur les positions du Réseau Action Climat-France sur le nucléaire, veuillez consulter la note Le nucléaire, un paris risqué face à l’urgence climatique, février 2021,
Pour les positions sur la séquestration du carbone, le Réseau Action Climat-France a publié un état des connaissances concernant la séquestration de carbone dans les sols agricoles : Séquestration du carbone dans les sols agricoles en France, novembre 2019

(2) Masson-Delmotte, V., P. Zhai, H.-O. Pörtner, D. Roberts, J. Skea, P.R. Shukla, A. Pirani, W. Moufouma-Okia, C. Péan, R. Pidcock, S. Connors, J.B.R. Matthews, Y. Chen, X. Zhou, M.I. Gomis, E. Lonnoy, T. Maycock, M. Tignor, and T. Waterfield (eds.), Global Warming of 1.5°C. An IPCC Special Report on the impacts of global warming of 1.5°C above pre-industrial levels and related global greenhouse gas emission pathways, in the context of strengthening the global response to the threat of climate change, sustainable development, and efforts to eradicate poverty, notamment chapitres 2, 4 et 5 (à partir de la page 480 dans le tableau Table 5.2 | Mitigation – SDG table), 2018, https://www.ipcc.ch/sr15/

(3)  Comme lors de ces deux évènements : https://www.climateweeknyc.org/events/climateshot-agricultural-innovation-race-save-our-planet, https://www.climateweeknyc.org/events/future-food-tech-lab-table

(4) Voir par exemple cet évènement : https://www.climateweeknyc.org/events/decarbonizing-future-flight-advancing-sustainable-aviation-fuels-net-zero-air-travel

COALITIONS MULTI-ACTEURS : UNE MÉTHODOLOGIE D’ÉVALUATION
Plus d'actualités