Carte de transport de la ville de Marseille

Le Réseau Action Climat, UNICEF France et Greenpeace France publient aujourd’hui l’évaluation de l’ambition des nouveaux maires des douze plus grandes agglomérations françaises en matière de lutte contre la pollution de l’air liée au trafic routier. Ici, analyse du cas de Marseille.

Résumé

Même si Marseille a un retard important à combler en matière de réduction de l’emprise de la voiture, la dynamique de la nouvelle équipe municipale est globalement positive avec la généralisation de la baisse de la vitesse à 30km/h ou encore l’opposition à la poursuite des travaux du Boulevard Urbain Sud. L’ambition en matière de développement du vélo est elle aussi positive mais elle risque d’être mise à mal par l’insuffisance du budget qui y est consacré. S’agissant de la santé des enfants, la mise en place de rues scolaires a été évoquée dans le cadre d’un plan piéton, sans plus de détails à ce jour. Enfin, Marseille travaille actuellement à l’instauration d’une zone à faibles émissions mais aucun objectif de sortie progressive du diesel puis de l’essence n’est pour le moment évoqué.

carte-transport-marseille

Pour aller plus loin

Sorties des véhicules polluants

Notre demande :

Mettre en œuvre une zone à faibles émissions visant la sortie du diesel en 2025 puis de l’essence en 2030. 

Encore timide :  La nouvelle maire de Marseille s’est déclarée favorable à un objectif de sortie complète du diesel durant ce mandat. Néanmoins, le premier projet de zone à faibles émissions ne reprend pour le moment pas cet objectif. Une consultation publique sera prochainement organisée sur le sujet.

Réduction de la place de la voiture

Nos demandes :

Généraliser la baisse des vitesses à 30km/h dans l’agglomération et baisser la vitesse sur les rocades. 

Abandonner tout projet de nouvelle infrastructure routière.

Mettre en place une zone à trafic limité dans le centre-ville pour réserver la circulation aux modes actifs et à quelques véhicules autorisés. 

Encore timide : Une généralisation de la baisse des vitesses à 30km/h est prévue dans toutes les rues de la ville de Marseille, à l’exception de quelques artères à 50 km/h. Rien n’est toutefois prévu concernant la baisse de la vitesse sur les rocades.

En bonne voie : La nouvelle maire de Marseille s’est opposée à la poursuite des travaux du Boulevard Urbain Sud (B.U.S).

Encore timide : Seules des opérations ponctuelles de piétonnisation sont envisagées, par exemple : rendre la corniche piétonne en été, tout en en maintenant l’accès pour les bus.

Aides financières à la transition

Notre demande :

Mettre à disposition des professionnels et des particuliers des aides financières facilitant la location ou l’acquisition de véhicules à très faibles émissions (VTFE) ou, en priorité, le report vers d’autres moyens de transports plus écologiques que le véhicule individuel.

Encore timide : Seule une aide à l’achat de vélo à assistance électrique est mentionnée.

Dynamique vélo

Nos demandes :

Investir plus de 25€ par habitant et par an en faveur du vélo. 

Mettre en place d’un réseau express vélo. 

Mettre en œuvre tous les leviers d’un système vélo performant (apprentissage du vélo pour tous, service de location diversifié, stationnements sécurisés, ateliers de réparation, intermodalité avec les transports en commun et en premier lieu les trains régionaux).

En retard : le plan vélo récemment adopté par la métropole est mentionné. Malheureusement ce plan vélo n’est doté que de 60 millions d’euros sur cinq années, soit 9,4€ par habitant et par an. Cela reste beaucoup trop faible pour déployer une politique cyclable ambitieuse.

En bonne voie : Création d’un réseau de lignes vélo sécurisées (280 km sur l’ensemble de la Métropole).

En bonne voie : La majorité des leviers d’un système vélo performant sont mentionnés : l’offre de stationnement vélo doit être développée avec 3600 nouvelles places et des services vélo au sein des principales gares métropolitaines afin de favoriser l’intermodalité avec les transports en commun. Un service de location longue-durée doit être déployé. L’offre de vélo en libre-service doit elle aussi être redéployée. Enfin, un soutien à l’apprentissage du vélo doit être apporté grâce à un soutien de l’éco-mobilité scolaire et des associations de promotion du vélo.

Dynamique transports en commun

Nos demandes :

Mettre en place une tarification solidaire basée sur les ressources pour tous les services de transport. 

Améliorer qualitativement les fréquences, les amplitudes horaires des transports en commun et poursuivre le développement de transports urbains en site propre.

En bonne voie : Une tarification des transports publics attractive pour tous sera mise en place, dont la gratuité pour les personnes sans ressources et les jeunes de moins de 25 ans.

En bonne voie : La nouvelle municipalité prévoit un doublement de l’offre de transport en commun (+15% par an). Davantage de voies de circulation seront réservées aux bus afin d’en renforcer l’efficacité et d’augmenter l’offre de bus à haut niveau de service (au moins 16 lignes). Un développement de l’offre de tramway, de RER et un prolongement du métro sont aussi prévus.

Mobilité et santé des enfants

Notre demande :

Mettre en place à proximité de toutes les écoles et des crèches des rues scolaires fermées à la circulation aux horaires d’entrée et de sortie d’école, et de manière permanente autant que possible.

Encore timide : Dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan piéton, la nouvelle municipalité évoque la possibilité de fermer des rues à la circulation aux heures d’entrée et de sortie des élèves. Cette possibilité doit encore devenir une réalité et les contours de cette proposition être précisés.

Aménagements et mesures Covid19

Nos demandes :

Pérenniser l’ensemble des aménagements provisoires mis en place durant le déconfinement. 

En bonne voie : En conseil municipal, la nouvelle équipe a fait part de sa volonté de pérenniser les aménagements cyclables provisoires.

L’étude complète
Plus d'actualités