Carte de transport de la ville de Rennes

Le Réseau Action Climat, UNICEF France et Greenpeace France publient aujourd’hui l’évaluation de l’ambition des nouveaux maires des douze plus grandes agglomérations françaises en matière de lutte contre la pollution de l’air liée au trafic routier. Ici, analyse du cas de Rennes.

Vue d'ensemble de la place du parlement de Bretagne à Rennes (France), depuis son angle sud-est.
Vue d'ensemble de la place du parlement de Bretagne à Rennes (France), depuis son angle sud-est.

Résumé

Les propositions de la maire de Rennes en matière de transports en commun vont dans le bon sens, tout comme l’annonce de la pérennisation des aménagements et mesures liés au Covid-19. La dynamique vélo paraît positive également, mais elle devra être précisée en termes de moyens financiers. Comme en 2019, c’est l’absence d’engagement sur une zone à faibles émissions qui est dommageable, ainsi que sur les aides à la transition. Bémol également concernant les rues scolaires, qui ne figurent pas à ce jour dans le programme.

carte-transport-rennes

Pour aller plus loin

Sorties des véhicules polluants

Notre demande :

Mettre en œuvre une zone à faibles émissions visant la sortie du diesel en 2025 puis de l’essence en 2030. 

En retard : L’étude d’une ZFE incluant tous les véhicules fait partie des actions identifiées dans le plan de déplacements urbains mais aucun engagement n’a encore été pris sur ce sujet.

Réduction de la place de la voiture

Nos demandes :

Généraliser la baisse des vitesses à 30km/h dans l’agglomération et baisser la vitesse sur les rocades. 

Abandonner tout projet de nouvelle infrastructure routière. 

Mettre en place une zone à trafic limité dans le centre-ville pour réserver la circulation aux modes actifs et à quelques véhicules autorisés. 

Encore timide : La baisse des vitesses à 30 km/h à déjà été généralisée dans la majeure partie de la ville-centre. Rien n’est toutefois prévu sur la baisse de vitesse sur la rocade.

En bonne voie : Il n’existe pas de nouveaux projets d’infrastructure routière.

En bonne voie : L’ouverture de la deuxième ligne de métro s’accompagnera d’une extension du plateau piétonnier du centre-ville afin de favoriser les modes doux. .

Aides financières à la transition

Notre demande :

Mettre à disposition des professionnels et des particuliers des aides financières facilitant la location ou l’acquisition de véhicules à très faibles émissions (VTFE) ou, en priorité, le report vers d’autres moyens de transports plus écologiques que le véhicule individuel. 

Encore timide : Malgré une aide à la location de vélos électriques et une aide temporaire à l’achat de véhicules à faibles émissions, l’ambition reste timide en la matière. Cette lacune avait déjà été pointée dans le notre classement sur la lutte contre la pollution de l’air (décembre 2019).

Dynamique vélo

Nos demandes :

Investir plus de 25€ par habitant et par an en faveur du vélo. 

Mettre en place d’un réseau express vélo. 

Mettre en œuvre tous les leviers d’un système vélo performant (apprentissage du vélo pour tous, service de location diversifié, stationnements sécurisés, ateliers de réparation, intermodalité avec les transports en commun et en premier lieu les trains régionaux).

À préciser : Les ambitions en faveur du vélo sont positives, en revanche, le budget qui devra accompagner la mise en œuvre de cette politique n’a pour l’instant pas été précisé. C’est pourtant un point indispensable pour permettre une mise en œuvre effective de ces propositions.

En bonne voie : En bonne voie grâce au déploiement d’un réseau express vélo sécurisé de 100 km entre le cœur de Rennes et les villes de la 2e couronne de la métropole, et 500 km de pistes cyclables dans l’ensemble des communes. En trois ans, les points noirs et les discontinuités seront résorbés.

En bonne voie : La majorité des leviers d’un système vélo performant sont mentionnés : des mesures sont annoncées concernant la création d’une maison du vélo itinérante en 2021 qui regroupera un ensemble de services vélo, le développement de pôles d’échanges permettra le déploiement de stationnements sécurisés afin de renforcer l’intermodalité.

Dynamique transports en commun

Nos demandes :

Mettre en place une tarification solidaire basée sur les ressources pour tous les services de transport. 

Améliorer qualitativement les fréquences, les amplitudes horaires des transports en commun et poursuivre le développement de transports urbains en site propre.

En bonne voie : Une tarification solidaire est déjà en place et il est prévu une baisse de 25 % des tarifs des abonnements « STAR » pour les moins de 26 ans. Sera également étudiée la mise en place de la gratuité d’ici 4 ans.

En bonne voie : L’offre de transport sera améliorée grâce notamment à une augmentation de la fréquence de la ligne À du métro et la création en 5 à 7 ans de cinq lignes de tramway sur roues. Une reliant la route de Lorient à Cesson-Sévigné, les quatre autres franchissant la rocade avec des parcs-relais à leur terminus. Enfin, les arrêts à la demande seront testés sur les lignes de bus.

Mobilité et santé des enfants

Notre demande :

Mettre en place à proximité de toutes les écoles et des crèches des rues scolaires fermées à la circulation aux horaires d’entrée et de sortie d’école, et de manière permanente autant que possible.

En retard : Pas de mention dans le programme

Aménagements et mesures Covid19

Notre demande :

Pérenniser les mesures et aménagements provisoires mis en place dans le contexte de la crise du Covid-19. 

En bonne voie : ELes pistes cyclables provisoires seront pérennisées.

L’étude complète
Plus d'actualités