Sondage : les Français en faveur de plus d’action climatique en France et en Europe

Selon un sondage réalisé pour Transport & Environment (T&E), en partenariat avec le Réseau Action Climat, 61 % des Français souhaitent que l’objectif climatique de la France soit revu à la hausse afin de répondre au nouvel objectif climatique européen d'au moins 55 % de baisse des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Alors que le débat sur la mise en oeuvre de l’objectif de -55 % d’émissions de gaz à effet de serre s’ouvre en Europe, la Commission européenne entend potentiellement limiter l’impact de cette nouvelle ambition pour le climat sur les objectifs nationaux. Les gouvernements des pays membres de l’Union ne serait plus responsables dans l’atteinte de l’objectif commun.

A la place, la Commission entend créer un marché carbone européen qui fixera un prix du CO2 pour les secteurs du transport routier et du bâtiment. Ce marché est censé remplacer l’action des gouvernements jusqu’en 2030. Une erreur dangereuse pour le climat et socialement très risqué.

Les Français souhaitent que la France augmente son objectif climat

A cela, 61 % des Français demandent que la France augmente son objectif climatique en réponse à la hausse de l’ambition européenne pour le climat. Seulement 34 % serait pour maintenir l’objectif actuel. Ce soutien des citoyens en faveur de plus d’action climatique de la part des États montre que les gouvernements doivent rester au coeur de la mise en oeuvre de l’objectif climatique européen. Ce sont eux qui sont responsables de mettre en place des politiques climatiques à l’échelle du territoire.

Le Réseau Action Climat et Transport & Environment demandent à la Commission européenne d’écouter les citoyens et de cesser de questionner la responsabilité des gouvernements dans la réalisation de l’objectif climatique 2030 de l’Union européenne. La Commission devrait proposer des objectifs nationaux rehaussés afin de traduire la nouvelle ambition climatique de l’Europe.

page-1-2

Pour Diane Strauss de Transport & Environment,  » Les objectifs nationaux contraignants sont un moteur essentiel de l’action climatique nationale dans le transport et le bâtiment, comme la rénovation énergétique, la mise en place d’un bonus écologique pour les véhicules propres ou le déploiement des pistes cyclables. Ces mesures sont largement soutenues par les citoyens français. La Commission européenne devrait en tenir compte et indiquer enfin clairement que les objectifs nationaux sont là pour rester comme l’un des principaux piliers de l’architecture climatique de l’UE. »

Les Français en faveur de la réglementation, pas du marché carbone

Les Français soutiennent également à une écrasante majorité (81 %) l’idée d’accroître les efforts en faveur du climat dans les secteurs du transport et du bâtiment en mettant en œuvre de nouvelles normes et réglementations pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, telles que la fin de vente des véhicules essences et diesel ou l’obligation de rénovation du bâtiment.

En revanche, ils rejettent à 62 % l’idée de créer un nouvel instrument de tarification du carbone au niveau européen, tel qu’un marché carbone européen pour le transport et le bâtiment, tandis que 38% le soutiennent.

Les citoyens s’opposent donc à l’idée de créer un marché carbone européen pour le transport routier et le bâtiment qui pourrait faire reposer sur leurs seules épaules le prix de la transition, alors que les entreprises et les États seraient épargnés d’obligations. En effet, les ménages dépendants de véhicules essences ou diesel ou d’un chauffage au gaz fossile par exemple n’auraient d’autre choix que de payer le prix, sans compensation ou alternative offertes. Cette proposition, pourtant avancée par la Commission européenne, serait dangereuse pour le climat car elle ne garantit pas que le prix du CO2 soit suffisamment élevé pour être efficace, mais aussi socialement injuste.

page-2

Selon Neil Makaroff du Réseau Action Climat « Les Français souhaitent que le Gouvernement augmente l’objectif climatique de la France pour que leur pays prenne part à l’ambition climatique de l’Europe. Mais ils ne sont pas prêts à accepter toutes les solutions pour atteindre cet objectif : ils ne veulent pas d’un nouveau marché carbone européen qui ferait reposer sur leurs épaules le prix de la transition. Cette idée avancée par la Commission pour éviter une augmentation des objectifs nationaux serait injuste socialement et dangereuse pour le climat. La nouvelle ambition pour le climat doit au contraire se traduire en politiques concrètes en Europe et en France qui puissent les accompagner dans les transformations à venir. »

La Commission européenne devrait s’appuyer sur le soutien massif de l’opinion publique en faveur de nouvelles mesures climatiques pour renforcer la réglementation européenne sectorielle, telle que les normes de CO2 pour les voitures et les camionnettes. Ces politiques ambitieuses au niveau européen aident les États membres à atteindre plus facilement leurs objectifs nationaux.

Le sondage YouGov

+

Sondage YouGov, mandaté par Transport & Environment (T&E) a interrogé 13 324 adultes dans 12 pays de l’Union européenne : Belgique, Danemark, France, Allemagne, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie et Espagne.

https://www.transportenvironment.org/publications/results-survey-12-eu-countries-attitudes-towards-national-climate-targets

Plus d'actualités