Sommet France – Canada : lettre des ONG canadiennes et françaises

À l’occasion de la rencontre entre Justin Trudeau et Emmanuel Macron en France, les ONG canadiennes et françaises appellent dans un courrier envoyé ce jour, vendredi 13 avril, le Premier Ministre du Canada et le Président de la République française à renforcer leurs actions de lutte contre les changements climatiques.

Crédit photo : Nicoleon
Crédit photo : Nicoleon

Pour maintenir le réchauffement global sous la barre de 1,5°C, il est fondamental d’assujettir le droit commercial au droit environnemental et d’intégrer les principes de l’accord de Paris en tant qu’éléments contraignants du CETA et des futurs accords commerciaux en cours de négociations par les deux Etats. Il est également nécessaire de supprimer toutes les dispositions climaticides qui se trouvent dans les accords existants ou en préparation.

Le Canada et la France assurent la présidence du G7 en 2018 et 2019. Les organisations signataires du courrier demandent aux deux États de porter des propositions concrètes visant à faire du commerce international un levier d’une transition écologique juste et d’inviter les pays membres du G7 à présenter des plans ambitieux de « décarbonisation » de l’économie mondiale.

Pour Catherine Abreu, directrice exécutive du Réseau Action Climat Canada : “Les accords commerciaux ne peuvent plus être des outils qui rejettent la science climatique, ignorent l’avis des communautés et favorisent l’intérêt privé au détriment de celui du public. La présidence canadienne et la future présidence française du G7 doivent travailler ensemble, protéger les gains diplomatiques en lien avec l’Accord de Paris et encourager les Etats du G7 à réviser à la hausse les contributions déterminées au niveau national (NDCs).

Pour Morgane Créach, directrice du Réseau Action Climat France : “Emmanuel Macron et Justin Trudeau doivent être cohérents. Il n’est plus acceptable de dire vouloir défendre l’accord de Paris d’une part tout en signant des accords de commerce climaticides d’autre part. Le sommet franco-canadien doit acter que l’existence d’accords de commerce, y-compris le CETA, soit désormais soumise aux respects des engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris.

Le courrier à l’attention de Justin Trudeau et Emmanuel Macron
Plus d'actualités