Sommet européen à Versailles : mettre fin à la dépendance de l’Europe aux énergies fossiles

La guerre russe en Ukraine doit conduire l'Union européenne à remettre en cause sa dépendance aux énergies fossiles qui financent l'invasion et accélèrent le réchauffement climatique. Pour une Europe indépendante sur le plan énergétique et ambitieuse pour le climat, des solutions sont possibles.

La guerre en Ukraine est un électrochoc. L’addiction de l’Europe aux énergies fossiles – pétrole, gaz fossile et charbon – a un coût. Elle alimente la crise climatique, affaiblit notre souveraineté, finance la guerre russe en Ukraine et risque de faire basculer 80 millions d’Européens dans la précarité énergétique en raison de la flambée des prix. Pour nous libérer des énergies fossiles et ne laisser personne sans solution, le Réseau Action Climat publie 7 mesures pour une Europe résiliente et souveraine, à la veille du Sommet européen des 10 et 11 mars à Versailles.

Mettre fin à notre dépendance aux énergies fossiles : une urgence

Même s’il est essentiel à très court terme de priver le régime russe  des revenus liés aux hydrocarbures, remplacer une énergie fossile et une dépendance russe par une autre se révèlerait une impasse pour l’Europe à moyen terme. Aussi, ouvrir des centrales à charbon, accroître massivement nos importations de gaz naturel liquéfié du Qatar et des États-Unis, ou encore parier sur le nucléaire, dont l’actualité rappelle la dangerosité et qui ne peut de toute façon pas être une énergie de transition, ne peuvent pas être considérés comme une sortie de crise. La seule solution pour assurer la résilience et la souveraineté de l’Union européenne est d’accélérer la transition écologique. La Présidence française du Conseil de l’Union européenne a toutes les cartes en main grâce au Green Deal européen pour rompre avec notre addiction aux énergies fossiles : accélération des économies d’énergies, triplement du taux de rénovation performante du bâtiment, déploiement des énergies renouvelables dans tous les secteurs, ou encore fin de vente des véhicules essences, diesels et hybrides neufs dès 2030. Les négociations du paquet climat « Fit for 55 » en cours doivent s’accélérer et l’ambition être amplifiée.

Des mesures d’urgence face à la flambée des prix

Sur le court-terme, les États membres doivent prendre des mesures d’urgence pour amortir le choc. Comme le propose la Commission européenne, il est indispensable de redistribuer les gains records engendrés par les grandes entreprises de l’énergie aux ménages les plus modestes subissant de plein fouet la flambée des prix. Une taxe exceptionnelle sur les profits supplémentaires pour 2021 et 2022 doit être mise en place et les recettes doivent aller directement vers le soutien aux plus précaires. En parallèle, les États membres devront prendre des mesures de sobriété, essentielles à la baisse de notre consommation d’énergie rapide : baisse de la vitesse sur l’autoroute, incitation à la baisse du chauffage des bâtiments, soutien au report modal vers les transports publics et les mobilités actives ou encore investissements massifs dans le ferroviaire. 

Enfin, face à la situation, il est urgent que le gouvernement français exige la fin de toute participation industrielle et financière de TotalEnergies en Russie.

L’Union européenne se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Lors du Sommet exceptionnel de jeudi et vendredi, les Chefs d’État et de gouvernement doivent choisir une vraie souveraineté écologique européenne et laisser les énergies fossiles à l’histoire.

Nos 7 mesures pour une Europe résiliente et indépendante
Plus d'actualités