Réforme européenne sur les agrocarburants : courrier aux eurodéputés

Alors que reprennent les débats sur les agrocarburants et les émissions liées au changement d’affectation des sols, le Réseau Action Climat a adressé, conjointement avec Peuples Solidaires, Oxfam et France Nature Environnement un courrier de recommandations aux eurodéputés de la commission environnement en vue du dépôt d’amendements.

Siège de la Commission européenne, Bruxelles
Siège de la Commission européenne, Bruxelles

Pour nos associations, c’est l’occasion ou jamais de limiter les impacts dévastateurs des agrocarburants produits sur des terres cultivables, sur l’environnement, le climat, l’accaparement des terres et la sécurité alimentaire.

Après un échec des négociations entre le Parlement européen lors du premier trilogue, le nouveau Parlement européen se penche actuellement en seconde lecture sur la révision des directives européennes sur les énergies renouvelables afin de mieux tenir compte des effets néfastes des agrocarburants.

À l’origine de cette révision, le constat – scientifiquement prouvé- que les agrocarburants sont soutenus au titre d’énergie renouvelable sans atteindre l’objectif premier de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports. Pour certaines matières premières, les émissions des agrocarburants s’avèrent même supérieures à celles des énergies fossiles en raison du changement d’affectation des sols indirect (CASI) qui correspond aux déplacements des cultures alimentaires pour satisfaire une demande énergétique croissante.

agrofuels

Sous l’influence du gouvernement français qui, sous le poids des lobbies du biodiesel, a préféré cultiver la déforestation que de réduire véritablement les émissions, le Conseil des États membres de l’UE a renoncé à comptabiliser toutes les émissions de gaz à effet de serre liées au CASI et a relevé le plafond à 7% d’agrocarburants produits à partir de matières alimentaires, ce qui marque une hausse de la consommation d’agrocarburants, équivalente à un rejet d’environ 400MtCO2 supplémentaires par rapport à la proposition initiale de la Commission de plafonner leur consommation à 5%.

En première lecture, le parlement européen avait adopté des positions plus ambitieuses et respectueuses de l’environnement, tenant compte des émissions liées au CASI et plafonnant à 6% l’incorporation des agrocarburants produits à partir de matières alimentaires et non alimentaires sur des terres cultivables (définition plus large que les seuls agrocarburants produits à partir de cultures alimentaires). [1]

Le Réseau Action Climat compte sur les eurodéputés pour résister aux pressions des lobbies et limiter la consommation d’agrocarburants cultivés sur terre, avec notamment la comptabilisation des émissions liées au CASI, tout en respectant le principe de précaution s’agissant des agrocarburants dits avancés.

Pour lire le courrier adressé aux eurodéputés :

Message urgent aux députés européens membres de la commission ENVI sur le dossier agrocarburants/CASI

Notes

  1. Pour connaître plus précisément les positions des institutions
Plus d'actualités