Réaction du Réseau Action Climat au Sommet européen de Versailles

Les dirigeants européens réunis à Versailles renvoient à la Commission européenne le soin d’élaborer un plan afin de sortir du gaz fossile, du pétrole et du charbon russe en 2027. Il est pourtant urgent en soutien aux Ukrainiens de sortir de notre dépendance aux énergies fossiles russes sur le très court-terme.

L’idée de définir de nouvelles routes du gaz qui remplaceraient une énergie russe par du gaz naturel liquéfié venant du Qatar ou des États-Unis ne fait que déplacer le problème et serait une impasse sur le moyen terme. Notre addiction aux énergies fossiles alimente la crise climatique, contribue aux chocs géopolitiques et nourrit la flambée des prix de l’énergie. Une Europe vraiment indépendante implique une accélération et une amplification du Green Deal européen pour rompre avec toutes les énergies fossiles. Nous avons toutes les cartes en main : en premier lieu la chasse au gaspillage d’énergie grâce à des mesures d’économie d’énergie d’ampleur, le déploiement rapide et massif des énergies renouvelables, l’accélération de la rénovation performante des bâtiments et la fin de vente des véhicules essences, diesels et hybrides neufs dès 2030 pour maximiser nos chances d’atteindre nos objectifs climatiques. Contrairement à ce que porte le Président Macron, le nucléaire ne peut pas être considéré comme une solution pour sortir de cette crise notamment en raison des délais de construction des centrales.

Sur le court-terme, il est également urgent d’amortir le choc en redistribuant les gains records engendrés par les grandes entreprises de l’énergie aux ménages les plus modestes subissant de plein fouet la flambée des prix grâce à la création d’une taxe dédiée.

Plus d'actualités