Opération de greenwashing du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie définitivement validée par la Commission européenne

Malgré l’avis très critiques des experts de la plateforme pour la finance durable et la levée de bouclier de nombreux État-membres et de députés européens, la Commission européenne persiste et signe en faveur de la labellisation du gaz fossile et du nucléaire comme “énergies de transition” dans la taxonomie européenne.

Cette décision est loin d’être étrangère à l’offensive de la France et des pays d’Europe centrale, rassemblés dans une alliance toxique pour le climat. Pour Neil Makaroff, responsable des politiques européennes au sein du Réseau Action Climat,

En faisant ce choix, la Commission fait une erreur fondamentale qui risque de coûter très cher à la transition écologique en Europe. Avec ce label, des milliards d’euros normalement dédiés au climat, à la rénovation du bâtiment, aux énergies renouvelables, ou encore à la mobilité à faible émission, seront détournés vers le gaz fossile et le nucléaire. Une opération de greenwashing souhaitée par la France et ses alliés qui risque de retarder voire faire dérailler le Green Deal européen.

Le Réseau Action Climat appelle les Députés européens à rejeter sans tergiverser l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie verte européenne. Il appelle également la France à arrêter de faire de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne une tribune pour le nucléaire. Ce n’est pas le rôle d’une Présidence du Conseil, censée créer des consensus et non pas diviser les Européens. 

Plus d'actualités