G7 Environnement : la France agira-t-elle en “championne du climat” ?

Alors qu’Emmanuel Macron peine à proposer un projet cohérent pour la transition énergétique au niveau national, la France, présidente du G7, doit mettre le climat au centre des négociations pour obtenir des engagements concrets de la part des pays membres en 2019.

Attribution: 内閣官房内閣広報室
Attribution: 内閣官房内閣広報室

Les ministres de l’Environnement et de l’Énergie des pays membres du G7 se rencontreront les 5 et 6 mai à Metz pour une réunion préparatoire au Sommet des chefs d’État du G7, prévu en août prochain à Biarritz. Alors qu’Emmanuel Macron peine à proposer un projet cohérent pour la transition énergétique au niveau national, la France, présidente du G7, doit mettre le climat au centre des négociations pour obtenir des engagements concrets de la part des pays membres en 2019.

Parmi les membres du G7, figurent les pays les plus polluants, les plus émetteurs de gaz à effet de serre et les plus riches de la planète. Face à la mobilisation de millions de citoyens à travers le monde, qui appellent à un sursaut des États pour limiter le réchauffement mondial à +1,5°C, les gouvernements de ces pays ne peuvent plus fuir leurs responsabilités.

Une semaine après les annonces d’Emmanuel Macron à l’issue du grand débat, où le climat a été le grand absent, la rencontre à Metz sera un nouveau test pour un gouvernement français pour l’instant incapable d’agir sur le plan national. Sur la scène internationale, Emmanuel Macron ne doit pas céder face aux pays qui nient la science et la réalité du dérèglement climatique, comme les États-Unis de Donald Trump. Mais il devra également engager les pays du G7 à appliquer des politiques et mesures concrètes de lutte contre les changements climatiques et de protection de la biodiversité. La parole de la France ne pourra pas être crédible à l’international tant que son gouvernement ne redressera pas la barre de la transition à l’échelle nationale.

La rencontre à Metz des ministres de l’Environnement doit donc être l’occasion de démontrer, y compris pour la France, la volonté d’accélérer les actions de lutte contre les changements climatiques. Les ONG attendent en particulier que les pays du G7 :

  • Adoptent des objectifs de réductions d’émissions de gaz à effet de serre à la hausse d’ici à 2020 et compatibles avec le seuil de réchauffement à 1,5°C.
  • Fournissent des gages concrets pour mettre fin aux subventions aux énergies fossiles, qui représentent 100 milliards de dollars par an dans les pays du G7.
  • Augmentent leur solidarité climatique vers les populations les plus pauvres en doublant leur promesse financière au Fonds vert pour le climat.
  • Garantissent que les politiques climatiques ne laisseront personne de côté, et qu’elles protègeront les écosystèmes fragiles des forêts et des océans qui contribuent à limiter le dérèglement climatique.

Retrouvez les attentes détaillées des ONG pour le G7 sur ce lien.

Plus d'actualités