Bilan de la COP26 : les pays du Sud abandonnés par les pays riches

La COP26 va s’achever à Glasgow après deux semaines de négociations. Décriée pour son manque d’inclusion, elle n’aura pas permis l’adoption de décisions suffisantes pour répondre à l’urgence et aux défis des pays les plus impactés par le changement climatique.

Par ailleurs, six ans après leur début, les négociations ont abouti sur l’Article 6 de l’Accord de Paris, concernant le fonctionnement et la mise en place des marchés carbone au niveau global.

Une COP des pays du Nord qui reflète les priorités des pays riches

Malgré l’appel de plus de 100.000 personnes dans les rues de Glasgow le 6 novembre dernier, la justice climatique n’aura pas été au cœur de cette 26ème édition de la COP. Les pays du Sud, qui demandaient plus de financement pour pouvoir s’adapter au changement climatique, repartent quasiment bredouilles de Glasgow : s’ils sont parvenus à quelques annonces pour le Fonds d’Adaptation, les 100 milliards de dollars promis par an ne seront toujours pas atteints avant 2023. Pire, les pays riches, dont la France au sein de l’Union Européenne, ont bloqué jusque dans les dernières heures la mise en place d’un financement additionnel pour les pertes et dommages pour répondre aux conséquences irréversibles du changement climatique auxquelles font face de nombreux pays.

Une ambition insuffisante pour accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Sur l’accélération de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, malgré des annonces sectorielles encourageantes en parallèle de la COP, les actions des Etats ne sont toujours pas suffisantes pour respecter l’Accord de Paris et limiter le réchauffement de la planète à +1,5°C. C’est donc un bilan insuffisant, reflété dans le texte de la décision finale de la COP. Pour la première fois, ce texte mentionne les énergies fossiles, mais la nécessité de stopper immédiatement tout investissement dans les nouveaux projets pétroliers, gaziers et de charbon n’est toujours pas actée, ni aucun calendrier concret évoqué. Enfin, la COP26 est la première COP à mentionner clairement le lien entre la nécessité de protéger et restaurer la nature et respecter l’objectif de l’Accord de Paris. Les deux agendas climat et biodiversité doivent donc être mieux alignés.

Marchés carbone: les profits au-dessus des droits ?

Cette COP26 aura cependant abouti à la clôture de négociations en cours depuis 6 ans sur l’application de l’Article 6 de l’Accord de Paris, qui traite notamment du fonctionnement des marchés carbone, c’est-à-dire la possibilité d’échanger des unités de réduction de CO2. Malgré le fait que les marchés carbone peuvent s’avérer dangereux à la fois pour atteindre l’objectif de +1.5°C et pour le respect des droits humains, les Etats ont adopté un texte qui donne quelques garanties sur l’intégrité environnementale et les droits humains. Cependant, la possibilité d’utiliser les crédits de l’ancien marché carbone de Kyoto sous le nouveau régime est une ligne rouge franchie, qui aura des conséquences sur la réduction globale des émissions.

Les pays se retrouveront l’année prochaine en Egypte pour la COP27. C’est maintenant au niveau national et européen que l’action climatique doit s’intensifier pour réduire davantage les émissions et accroître la solidarité climatique. En tant que prochaine Présidente du Conseil de l’Union Européenne, la France aura un rôle particulièrement important à jouer dans les prochains mois.

Réactions du Réseau Action Climat

Aurore Mathieu, Réseau Action Climat

“Comme redouté, la COP26 s’est avérée être une COP de pays du Nord, qui reflètent donc les priorités des pays riches. Alors que les impacts du changement climatique s’intensifient dans le monde et que les besoins d’adaptation des pays les plus vulnérables augmentent, les pays riches ne sont pas parvenus à démontrer une réelle solidarité. Pire, leur refus de venir en aide aux pays du Sud sur le financement des pertes et dommages constituent une honte et une véritable trahison pour les millions d’hommes et de femmes dont la survie est menacée par les conséquences du changement climatique.” 

Clara Alibert, Secours Catholique

La question du respect des droits humains n’aurait pas dû être secondaire ! Pourtant en lisant le texte final c’est bien le cas. Un langage trop faible, pas de référence au consentement libre, informé et préalable des peuples autochtones, pas de référence aux standards internationaux … Ce résultat final est décevant quand on connaît les dangers que les marchés carbone font courir aux communautés qui sont le moins responsables des changements climatiques.”

Clément Sénéchal, Greenpeace France :

“Pour la première fois, les énergies fossiles sont pointées du doigt dans un texte de COP. Ce qui ressemble à un pas en avant à l’échelle des négociateurs, reste une lapalissade tragi-comique à l’échelle du monde réel. Aucun calendrier de sortie des hydrocarbures, pourtant principales responsables du réchauffement climatique, n’est en effet évoqué. Les dirigeants des pays riches préfèrent hypothéquer l’avenir des jeunes générations et la survie des pays vulnérables plutôt que remettre en cause les intérêts criminels de leurs industries fossiles”.

Armelle Le Comte, Oxfam France:

Cette COP26 abandonne les populations les plus vulnérables en rase campagne. Certains dirigeants ne vivent décidément pas sur la même planète que nous. Pour la première fois, un objectif pour le financement de l’adaptation a été convenu. Si cet engagement à doubler les financements pour l’adaptation reste très insuffisant par rapport aux besoins et à ce que demandaient les pays en développement, il augmentera le soutien financier de plusieurs milliards. Quant aux pertes et dommages, l’issue est dérisoire et montre que les pays riches ont tourné le dos à la souffrance de millions de personnes.”

Fanny Petitbon, CARE France :

Cette COP reflète le cynisme des pays riches qui prononcent des discours plein d’empathie face aux caméras, mais changent de ton dès les portes des salles de négociation closes. Seule l’Ecosse et la Wallonie ont brisé un tabou en annonçant respectivement 1,17 million d’Euros et 1 million d’Euros pour répondre aux pertes et dommages. Au pied du mur, les pays vulnérables ont dû se contenter d’un lot de consolation avec l’organisation d’un dialogue de 2 ans pour discuter des arrangements de financements pour éviter, limiter et répondre aux pertes et dommages sans garantie qu’il aboutira à des engagements concrets. Proposeriez-vous à quelqu’un qui est en danger de mort de venir l’aider, mais seulement d’ici deux ans ?  »

Myrto Tilianaki, CCFD – Terre Solidaire:

“Avec l’adoption de cet Article 6, les Etats entérinent la remise en cause de l’intégrité de l’Accord de Paris en faisant des marchés et de la compensation carbone un levier de leur action. La compensation carbone détourne de l’effort prioritaire de réduction d’émissions et met en péril l’objectif de 1,5°C. Ce n’est pas un hasard si les principaux pollueurs ont multiplié les annonces de neutralité carbone et fait la promotion des marchés carbone pendant la COP26 : cela permet de continuer leur ‘business as usual’ prédateur pour le climat, la biodiversité et les droits humains”

Lorette Philippot, Les Amis de la Terre France :

“Le gouvernement français, qui donne des leçons à l’international, vient d’être condamné pour ne pas avoir tenu ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Parmi les rares avancées concrètes à l’issue du sommet : une déclaration de 34 pays et institutions pour la fin des financements publics aux énergies fossiles dès 2022, signée in extremis par la France. Mais là encore, le gouvernement s’est empressé par un tour de passe-passe macronien de dévoyer la portée de cet engagement : il a préféré réitérer sa volonté de subventionner de nouveaux projets gaziers jusqu’en 2035.”

Plus d'actualités